21 avril 2017

Amaziɣ af tewwurt n lǧennet

Tanawt agi tettaɛawad-d amek ilemẓi agrummaw*aεrav amerukk* iḥekka-d*taswiεt*taseknawit n Imaziɣen asmi ddunnit ara « temḥasav a temεaqav* ». Ibedd-d umaziɣ zzat n Γedwan, d aεssas af tewwurt n lǧennet (01) yugi at-yaεqel* akken yeǧǧ ad yekcem am netta am medden irkelli.
Ar leḥsab n umagrad* agi, aseḥres i d-yellan af tillist n lǧennet ɣer d-ibedd Γeddwan, yebna af usenqed* n takka* i fi yettwaḥettem af umazwar* unadi ɣer anta taqerrumt i ɣer yeqqen wemdan u ad tili d tin yettuqevlen, i ynesxen yettukazen* deg zzmam* yellan dinna.
Mi Γeddwan (d aεssas af tewwurt n lǧennet), Amaziɣ yettrajun af tewwurt n lǧennet akken ad ikcem, isuter-as wacu n « wactal » deg d-ifruri. Yerra-as d amaziɣ. Imiren Γeddwan,yebda yettnadi adlil* i d-ibeggenen anwa laṣel ɣer yeqqen.
Mi imuqel idlisen iqburen n imyura imazrayen* n itakkayen*, Γeddwan, ivren-d ar Umaziɣ akken as d-yerr tant*. Ger iḍrisen* i yemmuqel uεessas nni, yufa ulac zzmam anida deg yensex tilawt* n Imaziɣen, dɣa yeɣra-as-id asefru n umedyaz andalusi As-Sumaysir af Imaziɣen anda i d-inna belli d iḥḍaḍ neɣ d ikrac*. Akka i d-itt-iwala umedyaz agi.
Deg usefru yagi (leḥsab-is), Addem* iggul deg Ḥewwa* a lukan Amaziɣ ad yili deg taḍfirt* ines (02. Amaziɣ ihi d aḥḍiḍ. Ur insix ara deg idlisen n tadda n umdan. Segmi i d-iɣra asefru ya, ameskar* n tedyant agi inna-d Γeddwan yefcel deg uqellev deg idlisen iqburen* n itakkayen.
Seld* uxaṣem* gezmen-tt di ṛṛay akken belli Imaziɣen « ur saan ara takka-nnsen deg d-udren. Lmeqsud agi, zemren ad ilin, maca s ddaw n tazdelt* n tjaddit n wayeḍ, meḥsuv dagi : n Waεrav. Akkagi i d-ivan amek Amaziɣ i yezmer ad ikcem ar lǧennet mara yezdi ar wactal aεlayen*, actal aεrav ».

* (Walit terǧima n udris agi ddaw si tefransist).

*Asefru n As-Sumaysir staεravt:
« raytu adama
fi nawmi fa qultu lahul
aba lbariyati inna
Nasa qad za’amu
anna lbarabir ata nas
lun mink qala idanRetour ligne automatique
hawa unta liqun
in kana ma za’amu ».

*S tmaziɣt
WalaɣAddem di targit. Meslayeɣ-as: Ay Avavat n talsa*, kraɛudden*, imaziɣen atnad d warraw-ik, inna-d: Ḥuwa vriɣ-as ma ayen d-nnan akka iḍra-d s tidett !
*S tefransist:
j’ai vu Adam dans mon rêve, je lui ai dit: Père de l’humanité, certains ont prétendus
Que les Berbères sont parmi tes enfants, il a dit: Eve, est répudiée, Si ce qu’ils disent est vrai.

Lemεani n ddunnit :
01)Am akken teḥsam irkelli : « widak ara wen-d-imudden « imezger* n lǧennet d ignawiyen. Acku, d nutni cetellen-d seg udrum n Nnabi aεrav. Retour ligne automatique
02) Voici le poème anti-amaziɣ de l’andalous As-Sumaysir*

* « L’univers mental dans lequel évoluait ce groupe producteur de l’idéologie nationaliste a conduit à l’élaboration d’un discours discriminatoire. La sous-estimation civilisationelle des ruraux et amazighophones a commandé la production de certaines représentations blessantes. Un article de la revue Al Maghrib datant de 1933 illustre l’image qu’on se fait des Amazighs à cette époque déterminante de l’histoire du pays. (voir : Berbère ou Arabe ? le tango des spécialistes
« L’article, relatant ce qu’un jeune nationaliste arabe, décrit la tragique situation des Berbères le jour du jugement. En se présentant devant Redouane, le gardien du paradis, un Berbère a du mal à se faire reconnaitre. D’après l’article, le contrôle des frontières du paradis qu’exerce Redouane, se fonde sur la vérification généalogique, nécessitant du candidat l’appartenance à une des races humaines répertoriées et reconnues. Quand Redouane (l’Arabe) demande au Berbère de quelle « race » il est issu, il répond qu’il est Berbère. Le gardien Redouane se met à la recherche d’indices concluant pour voir de quelle race il s’agit. En consultant les livres anciens, les chroniques des historiens sur les arbres des généalogistes, Redouane se tourne vers le Berbère pour rendre son verdict. Parmi les textes consultés par le gardien, l’auteur informe que rien n’indique l’existence d’une race berbère, il cite ainsi ce célèbre poème de l’andalous As-Sumaysirsur les Berbères désignés comme bâtards. Un raccourci éclairant, nous dit-il. Dans ce poème, Adam menace de répudier Eve si jamais le Berbère prétendait être sa descendance (2). Le Berbère n’est donc qu’un bâtard. Il ne figure pas dans la généalogie humaine Après la lecture de ce poème, l’auteur rapporte que le Redouane, las de rechercher dans les manuscrits des anciens et des généalogistes. Après un long débat, ils arrivent à une conclusion que les Berbères n’ont pas de généalogie propre. Ils ne peuvent en un sens exister qu’à travers l’adoption de l’identité de l’autre, c’est-à-dire l’Arabe. Et c’est ainsi que le Berbère peut enfin accéder au Paradis en s’incorporant à la race supérieure, la race arabe ».
* Traduit du français des pages 121 et 122: Berbères ou Arabe? le tango des spécialistes par Hélène Claudot-haward. Ed Non-Lieu 2000).

Amawal :

Amagrad ; tinawt : article
ittawad-d : relater
agrummaw : nationaliste
amerruk : marocain
iḥekka-d : décrit
taseknawit tragique
taswiεt : situation
adtemḥasav ad temεaqav : le jour du jugement dernier
aεqel : reconnaitre
Γeddwanaεrab : aεessas n lǧennet
Usenqed : vérification
Takka (taqerrumt) : généalogie,
Imezger : passeport
Amazwar : candidat
yettukazen : reconnue
zzmam : répertoire,
adlil : indice
imazrayen : historiens
itakkayen : généalogistes
tanat : sentence
iḍrisen : texte
tilawt : existence
andaluzi : andalous
As-Sumaysir : poète andalous
Ikrac : bâtards
Addem : Adam
Ḥewwa : Eve
Tadfert : descendance
Ameskar : auteur
idliseniqburen : les livres anciens
axṣam : débat
seld : après
talsa : humanité
ɛudden : prétendent, croient
actalaεlayan : race supérieure