26 juin 2017

Beauté des paysages et aspects de la vie en Kabylie

Dans cette fresque harmonieuse qu’est la grande Kabylie vers la région de Tizi-Ouzou, un photographe faisant des reportages qui rythme avec ses traditions et tout ce qui a un aspect avec la vie d’antan. Archéologue par ses clichés, Nazim est au sens propre du mot un farfouilleur de ce qui reste de la mémoire des siens. Dès son jeune âge, Nazim si Lakhal s’est passionné pour la Kabylie, Nazim mène doucement son chemin, son appareil sur l’épaule et son regard vers l’horizon, contemplant toute cette richesse devant lui, de son pays accueillant sans se lasser, tous ceux qui veulent se ressourcer. Un pays à l’abondance des belles images qui attendent Nazim… ce photographe de la terre de Kabylie.

Après plusieurs expositions sur le plan régional à Tizi-Ouzou – Bejaia – Boumerdes – Bouira, « rivières et lumières » en 2010, « chants des lumières kabyles » en 2013, « sur les ruelles du village d’Agoussim » en 2014.

La parution de son œuvre en France en 2013 et 2014, dans le cadre des rencontres photographiques de saint gêniez d’Olt en Aveyron.Retour ligne automatique
En 2015 c’est au Brésil que son travail a été retenu pour le « Salon d’Automne France Brésil d’Amérique latine » dans sa 3e édition. Galerie Marta Traba, Sao Paulo.

En Italie, l’une de ces œuvres de Kabylie a été retenue pour le projet du « CAMOuflage Project Mostra d’arte Itinerante » Organisé par le musée en plein air de la commune de Camo « Musée a Cielo Aperto di Camo », les œuvres sélectionnées sont présentées dans une exposition itinérante sur la zone de Langa.

Nazim Si Lakhal a voulu présenter ses photographies encore une fois à Tizi-Ouzou.Retour ligne automatique
Il a fait une sélection des œuvres les plus appréciées jusque-là pour venir à la rencontre du public et lui faire partager cette exposition intitulée « Rencontre ».Retour ligne automatique
On y trouve des éléments naturels, humains et culturels de la Kabylie vus à travers une imagination artistique et une vision particulière.

Vous pourrez voir ses œuvres du 20 au 22 septembre Maison de la culture Mouloud Mammeri Tizi Ouzou.a la galerie Zemirli.

La vie de l’ombre de Nazim renaît de son objectif à chaque prise de vue ; il fait beaucoup de sorties photographiques dans les montagnes, les champs, les rivières et les villages, et son œil professionnel traque la beauté qui se cache dans le moindre détail.

Nazim est amoureux de la photographie depuis l’enfance, la nature et l’homme l’intéressent depuis des années, en particulier le patrimoine architectural et culturel en voie de disparition.

Il pose son regard sur tout ce qui est beau et ses photographies sont des offrandes, aux montagnes, aux villages et à leurs habitants : enfants, femmes et hommes âgés sont saisis entre innocence et vieillesse, en hommage aux difficultés de vie dans leurs régions montagneuses.

Chaque cliché révèle son attachement naturel à cette terre, mais aussi une vision historique culturelle consciente à laquelle se plie son objectif. Il construit patiemment, professionnellement ses prises de vue.

Quelques clichés que l’artiste a bien voulu nous confier.

JPEG - 8.7 ko
JPEG - 36.7 ko
JPEG - 36.1 ko
UA-10888605-2