29 juin 2017

Call of duty

RER D, Combes la Ville. 18 heures. Deux jeunes, la vingtaine, blonds, en jean et baskets, tatoués les deux, cheveux très courts, discutent à haute voix en sirotant une Bavaria :
— Tu sais quoi, la vidéo que le pote nous a refilé. C’est un truc de ouf, mais de ouf. Les effets spéciaux, les explosions, les têtes qui pètent et qu’on découpe en 3D, tu le crois pas. C’est du délire… J’vais t’la refiler.
— Ah, j’ai trop envie
— Tu sais quoi, quand tu regardes un truc comme ça, c’est fait en Syrie ou Irak, ou dans un pays comme ça, tu te dis, l’islam c’est mieux que Call of duty. Tu tues pour de vrai, tu braques pour de vrai, tu niques pour de vrai, et tu galères pas des plombes pour avoir des armes supplémentaires. Les frères ils te refilent tout.
— Et tu meurs pas aussi, t’as combien de vie ?
— En islam, si tu meurs au combat, c’est pas le game over à la con, c’est le Jackpot grave.
— T’as un bonus,
— Non, t’as 77 nanas, allongées à poil sur le capot de 77 de Porsche Cayenne.
— Elles sont rouges ?
— Les nanas ?
— Les Porsches
— Tu choisis la couleur que tu veux !
— Putain, c’est loin ton islam, ton truc, faut y aller tout de suite
— Pas très loin, mais faut arrêter le chichon et la Bavaria
— M’en fous, quand j’tire et quand j’baise, j’bois jamais, fume jamais.

Mohamed Kacimi

UA-10888605-2