Comment écrire un article de presse

Le journalisme est un style d’écriture très différent du style littéraire. C’est un récit fait pour un public. Ainsi, connaitre le public, son niveau de culture et de langage, est essentiel afin de lui attribuer un style. L’écriture journalistique revendique une efficacité : elle doit être simple, schématique, réductrice voire caricaturale. La brièveté et la concision sont des conditions pour être lu. « Être bref pour être lu, être bref pour être compris » (Poolizer).

Le travail de l’écriture journalistique commence par un questionnement appelé les 5 W dans le monde anglophone (Who ? What ? Where ? When ? Why ? (+ How ?)) (Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Pourquoi ? (+Comment ?)) et la règle des 3 C (Clair – Concret – Concis) et des 3 D (Dense – Direct – Dépouillé). Il faut toujours commencer par répondre à ces questions de référence.


Respect de la langue française

Le respect de la langue française est primordial, aussi bien en matière de grammaire que de syntaxe. Les anglicismes et les latinismes sont à éviter sauf lorsqu’ils permettent de raccourcir l’article (exemple : Week-end au lieu de fin de semaine).
Éviter le néologisme.
Éviter les subjonctives, les conjonctives et les relatives : mieux vaut faire une nouvelle phrase.
Éviter les redondances, les parenthèses, les tirets, ou encore l’humour et les commentaires personnels.


Ponctuation


Le plus efficace est le point. La virgule donne le rythme.
Le point virgule est à proscrire, ainsi que les points d’exclamation qui ne sont qu’un effet de style.
Le point d’interrogation est admis, mais s’il s’agit d’une question, il faut y répondre dans l’immédiat. Les points de suspension sont efficaces mais il ne faut pas en abuser.
Les deux points sont déconseillés parce qu’en écriture journalistique il y a peu de longues phrases et parce qu’il faut éviter les énumérations.


Vocabulaire

Vulgariser le langage mais ne pas l’appauvrir. Utiliser des termes riches et précis. Vocabulaire simple, non alambiqué. Éviter les auxiliaires être et avoir.


Concordance des temps

On ne change pas de temps dans une phrase ou dans un paragraphe. Le passé simple écorche l’oreille et est déconseillé : utiliser le passé composé et le présent.


Typographie

Majuscule aux noms propres, aux institutions, aux fêtes, aux pays, points cardinaux quand ils indiquent un lieu, aux guerres, aux partis (Parti socialiste), groupes.


Personnalisation de l’information

Qui ? : choisir son héros.
Quoi ? : même lorsque les choses ne changent pas, il s’agit tout de même d’une information. Retour ligne automatique
Où ? : situer le lieu, donner une référence connue.
Quand ? : pour l’étranger, heure de Paris.

Pas de rumeurs, pas d’allusions, pas de calomnie.

1 Comment

  1. Un article intéressant pour un néophyte. Un exemple d’article journalistique est souhaitable pour illustrer l’utilisation des règles énoncées.

Donner un avis sur l'article