21 avril 2017

Comment l’accueil des migrants peut contrer l’islam/isme

Ce n’est tout d’abord pas seulement à l’évidence un problème national, européen, mais mondial, aussi conviendrait-il que l’ONU, son Conseil de Sécurité, se saisissent de la question et déjà construisent des refuges, en lien bien sûr avec l’UE et les pays qui accepteraient de les accueillir.

À la question de l’infiltration islamiste qui risque de multiplier le manque d’intégration d’une minorité agissante (mais ayant le relais des médias et des bien pensants qui s’en font un tremplin à bon compte) commençons à répondre par cette anecdote : sur une aire de repos de l’A7 près de Montbéliard il y a quelques jours, j’ai vu deux familles venant de Berbérie centrale (« Algérie ») que j’ai pu comparer avec une autre très formatée « islam de France », eh bien parmi les deux premières aucune femme voilée, les hommes et les gosses habillés de façon communément urbaine (« casual ») et surtout l’on sentait leur fierté de parler en français, de montrer qu’ils avaient soif de s’imbiber d’une atmosphère de liberté, la première famille était plus frustre, le père semblait souffrir de ne pas pouvoir payer un coca à son fils, mais dans l’ensemble ils avaient la joie de vivre entre-eux, le fils parlant dans un excellent français avec son père sans aucun tic « lieuban ».

La seconde famille était visiblement composée d’apparatchiks, le père regardant avec fierté sa sacoche « carte noire » la femme lissait ses cheveux teints au henné, leur fille, visiblement majeure, non plus n’était pas voilée, soucieuse d’apparaître une femme comme les autres, soucieux tous surtout de montrer qu’au fond ils venaient certes visiter de la famille, mais qu’ils avaient principalement envie de s’imprégner d’une ambiance libre ; à l’opposé la famille nord africaine made in France était composé de femmes voilées regardant ostensiblement cependant leur I-phone tandis que leurs gosses regardaient avec suspicion notre chat signifiant par là mais sans le dire qu’ils étaient sensibles à la propagande islamiste interdisant la cohabitation avec les animaux domestiques…

Les deux premières familles étaient discrètes, trop sans doute, humbles certainement, la famille made in France était bruyante prétentieuse se comportant en conquérante, et pourtant ce n’est pas la plus provocante puisque j’ai vu d’autres familles, encore plus arrogantes me regardant avec suspicion et parfois mépris (avec mon teint basané, renforcé par le soleil, j’ai la croix du juif Jésus autour du cou, ce qui rend certains incrédules, je dois être un « déséquilibré ») ces familles me regardaient aussi dans le style, « rigolez, rigolez mais quand « on » sera vainqueur vous rirez moins« .

Sauf que, je persiste et signe, non seulement la majorité de la population d’origine nord africaine n’en veut pas (il faudrait « juste » remettre de l’ordre dans les endroits à risque et les déclarer « totale zone franche » pour booster économie, scolarités sports et loisirs, mais, surtout, les migrants qui arrivent rejettent cette culture qui a « failli » comme le relatait un intervenant sur la BBC (le 27/08/15) dans une émission consacrée aux nouveaux flux migratoires.

Je ne dis pas que la Slovaquie ou la Hongrie ont tort, en soi, d’ériger un filtrage par religion ou d’ériger un mur, je fais remarquer deux choses :

1/ cette stratégie défensive n’est pas payante à terme parce qu’elle renforce au contraire ceux que l’on voudrait combattre en faisant justement basculer vers eux les indécis et ceux qui les fuient du genre « on vous l’avait bien dit, ils vous rejettent, venez vers nous on fera fuir ceux qui sont au pouvoir affiliés aux judéo-croisés et qui ont failli parce qu’ils n’ont pas appliqué le vrai (true) islam ».

2/ Il n’est pas du tout dit que la grande masse des migrants d’aujourd’hui et d’hier adhèrent encore à leur culture (plutôt aux rituels mécaniques) qui les a ainsi jetée dans la misère : une anecdote pour la fin, un Kabyle cette fois, venu tout récemment de là-bas me disait avec effarement qu’il voyait émerger en France un processus qu’il a connu avant la guerre civile des années 90, ne comprenant absolument pas pourquoi on laissait pourrir ainsi la situation en forçant pratiquement la population nord africaine déjà là à rester fixer dans l’islam (en finançant sur fonds publics des mosquées car leur céder des terrains revient à cela) qu’elle quitte pourtant sur la pointe des pieds dans sa majorité tant elle s’aperçoit bien qu’il s’agit d’une impasse et elle le voit bien en voyant leurs congénères arriver en masse, y compris d’Algérie qui fait désormais partie des dix pays exportateurs de migrants selon un autre reportage de la BBC (fait à Annaba, ex « Bône », l’un des préposés à la migration clandestine sur bateau répondant à la question de la journaliste : « mais vous n’avez pas peur de mourir ou d’aller en prison ? Non, puisque ma vie entière est déjà une prison« ).

Par ailleurs, dire qu’en France on a déjà connu « ça », ce genre de conflit, avec les « guerres de religion » supputant par là que c’est juste un mauvais moment à passer, indique que l’on demande à ces populations d’attendre au moins trois siècles avant que peu à peu l’islam comprenne la nécessité de son évolution alors qu’au contraire depuis le wahhabisme (dominant financièrement) celui-ci se tourne plutôt vers son passé ; ce qui fait qu’en bonne arithmétique ces populations auront encore plus de siècles à parcourir pour revenir à niveau. Mais « quel niveau ? » Disent en ricanant on le sait les postmodernes culturalistes au Pouvoir et soucieux eux de cultiver au contraire toute cette « diversité » sans se rendre compte qu’une culture n’est pas un folklore et veut donc nécessairement se déployer sur tous les aspects de la vie humaine ce qui nécessairement crée le conflit voire la guerre au-delà des questions de racisme.

Il y a en fait là une alliance objective (et subjective aussi quand on lit un Foucault admirant la révolution islamique iranienne) entre les islamistes officieux financés officiellement par le wahhabisme et les apprentis sorciers dominant la République ; ceux-ci, forts de quelques bribes d’anthropologie mal assimilée dans une Université à la dérive, vont plaquer sur ces populations une vision inhumaine au sens de les inférioriser, les formater en handicapés en devenir à même de pouvoir ainsi devenir ces citoyens de la « république sociale » qui les élira de toute éternité à coups de goutte à goutte et injections de subventions/drogues afin de les maintenir sous ghetto entouré de mosquées et de cars mobiles.

Où l’on voit bien alors que l’accueil des migrants dans des camps onusiens et européens avec possibilité pour certains d’entre-eux d’être formés et envoyés en retour comme formateurs dans nos endroits sensibles pourraient aider à désamorcer l’alliance islamo-gauchiste soutenue par le néo-gaullisme colbertiste et le néo-socialisme clientéliste, puis aussi, préparer l’avenir quand ils reviendront dans leurs pays, du moins si ceux-ci sont débarrassés de cette idéologie mortifère.

Par Lucien SA Oulahbib