16 juillet 2017

Commun – Communément

COMMUN, UNE, adjectif.

A. Qui est le fait de deux ou plusieurs personnes ou choses. D’un commun accord ; avoir des goûts communs ; travail commun ; effort commun.

« Mais, vous le savez tous, notre cause est commune » (CONSTANT, Wallstein, 1809, I, 1, p. 8) :

« … où le goût commun de la terre, de la chasse, du manger et du boire, crée entre tous, bourgeois et paysans, une fraternité étroite ». MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, p. 218.

Emploi subst. Le commun. Le bien commun. Vivre sur le commun (Ac. 1932). Commun à. Qui est partagé avec d’autres :

« … j’ai le grand défaut, commun à la plupart des fils du septentrion, d’honorer trop la vérité et de négliger la grâce ». MILOSZ, L’Amoureuse initiation, 1910, p. 8.

MATH. Dénominateur commun. Dénominateur de deux ou plusieurs fractions. Diviseur commun. Nombre qui divise exactement plusieurs autres nombres.

Loc. et expr.Retour ligne automatique
_ Sans commune mesure. Qui ne présente aucun terme de comparaison.

Loc. verbalesRetour ligne manuel
N’avoir rien de commun avec. Être totalement différent de :

3. Dieu me préserve d’avoir rien de commun avec les littérateurs estimés aujourd’hui. STENDHAL, De l’Amour, 1822, p. 160.

N’avoir de commun que. N’avoir comme point de ressemblance que.

Loc. adv. En commun. Retour ligne manuel
(De manière à être) ensemble. Avoir, mettre qqc. en commun ; la vie en commun, repas en commun :

La France Libre est prête, maintenant, à participer à l’établissement d’un plan général concernant le Pacifique, en commun avec les États-Unis, le Gouvernement de sa Majesté en Grande-Bretagne, les Gouvernements de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, p. 480.

« Une brochure écrite en commun par une quinzaine de grands noms de la science, de l’armée et du journalisme se vendit à près d’un million d’exemplaires, … »GOLDSCHMIDT, L’Aventure atomique, 1962, p. 62.

À la disposition de tout le monde. Les transports en commun.

. Qui appartient à un grand nombre ou à une majorité de personnes ou de choses. Le sens commun  :

« La loi n’accorde rien, elle protège ce qui est, jusqu’au moment où ce qui est commence à nuire à l’intérêt commun ». SIEYÈS, Qu’est-ce que le Tiers état ? 1789, p. 88.

« L’une [lettre] était de Marseille, d’une confrérie de pénitents une des dernières de France qui accompagne à la fosse commune les corps des condamnés à mort. On l’invitait à des cérémonies. » MONTHERLANT, Le Songe, 1922, p. 79.

Emploi subst. sing. Le commun + compl. prép. de. Le plus grand nombre, la généralité. Le commun des mortels.

Emploi abs. :

« Modestes sont ceux en qui le sentiment d’être d’abord des hommes l’emporte sur le sentiment d’être soi-même. Ils sont plus attentifs à leur ressemblance avec le commun qu’à leur différence et singularité. Ils se confondent au nombre plus qu’ils ne s’en séparent. » VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 107.

GRAMM. Nom commun (p. oppos. à nom propre). Nom qui convient à plusieurs êtres ou choses formant un genre, une espèce.

Qui est propre ou incombe à un ensemble donné.

a) Qui réunit en un tout les éléments d’action sur lesquels s’est établi l’accord d’un ensemble considéré. Front commun ; programme commun ; Marché commun :

« Si le tronc commun des veines communiquoit directement avec le tronc commun des artères, il n’y auroit donc qu’une seule circulation ; le sang revenu au centre retourneroit directement aux parties pour revenir encore, et ainsi de suite ; mais c’est ce qui n’arrive jamais entièrement. »
CUVIER, Leçons d’anat. comp., t. 4, 1805, p. 169.

« Le comité national est extrêmement désireux et a la plus grande hâte de voir s’établir à Alger, sur ces bases, l’autorité centrale commune à tout l’empire, en liaison avec la résistance intérieure. » DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 472.

Faire cause commune avec  :

« Quoi ! vous ne comprenez pas qu’en faisant cause commune avec une classe d’individus tenus à bon droit pour suspects, vous infligez au gouvernement que vous servez l’humiliation d’un désaveu ! » COURTELINE, Un Client sérieux, 1897, 1, p. 17.

Qui s’applique, qui appartient ou incombe à toutes les personnes ou à toutes les choses d’un ensemble considéré. L’intérêt commun ; les charges communes.

La maison commune (littér.). L’hôtel de ville, la mairie.

La salle commune. La pièce où se réunissent tous les membres de la famille ou les membres d’un même groupe :

« Le déjeuner, je me force à le prendre dans la salle commune et jusqu’à présent je n’y ai manqué que trois jours ». GIDE, Les Nouvelles Nourritures, 1935, p. 282.

DR. Droit* commun.

P. ext. Qui est répandu dans le plus grand nombre de lieux, chez le plus grand nombre de personnes.

1. Que l’on trouve partout, très répandu. Une variété commune :

« Cerfeuil commun. Plus rustique et plus productif que le précédent [cerfeuil frisé]. À cultiver partout ». A. GRESSENT, Le Potager mod., 1863, p. 297.

Habituel, fréquent, usuel. Langue commune :

« Le gouverneur, en arrivant de la sorte, manquait aux formes de la bienséance la plus commune ; nous soupçonnâmes sans peine que c’était une espièglerie de l’amiral. » LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 480.

« Il ne faut pas confondre cette ferveur de la vie obscure avec la conscience somnolente. Celle-ci est du moins-être, celle-là un plus-être. Elle est plus commune chez la femme, qui en moyenne vit plus près que l’homme de ses zones subliminales, … » MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 280.

Peu commun  :

« … une sorte d’Hercule qui se faisait pardonner sa calvitie par des bras et une poitrine velus, et sa maigreur par une vigueur musculaire peu commune. » PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 1, L’Héritage mystérieux, 1859, p. 80.

Au fig. Synon. de ordinaire, vulgaire, sans distinction, banal.

« Maria, qui avait dix-huit ans, était toute petite, lourde, quelconque et commune » (GYP, Souvenirs d’une petite fille, 1928, p. 114) :

« Or je suis persuadé que le talent de Mme Sand a sa racine dans la corruption ; elle deviendrait commune, en devenant timorée. » CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 555.

Expr. Lieu commun. Idée, formule générale souvent répétée et appliquée à un grand nombre de situations. User de lieux communs ; répéter, renouveler un lieu commun.

Péj. Banalité, idée ou argument rebattu(s) :

« … Et pourtant de ces augustes bouches Il ne sort que discours incohérents et louches, Centons plats, lieux communs, sans style et sans couleur, Indignes de ces gens de génie et de cœur. » BARBIER, Satires, Une Soirée d’esprits, 1865, p. 80.


Communément, adverbe

Suivant l’usage commun : couramment, ordinairement, le plus souvent.

Ex. :

« Il a de l’esprit plus que l’on ne pense communément » (NAPOLÉON 1er, Lettres à Joséphine, 1807, p. 153).

« On disait communément, au commencement du siècle, que l’Écosse abonde en sites romantiques »(P. BOURGET, Essais de psychol. contemp., 1883, p. 101).

Synonymes : Régulièrement, usuellement souvent, aisément.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-10888605-2