21 avril 2017

Complainte pour Matoub Lounès

Il aurait eu 58 ans…

Lounès, à toi seul, tu as pu et su entretenir la confiance et fédérer les énergies dans toute la Kabylie et chez tous les berbères où qu’ils soient. A toi seul, tu as porté l’idéal démocratique et laïque au plus haut niveau international. A toi seul, tu as su protéger la Kabylie de la manipulation éhontée du pouvoir raciste, tu as su mobiliser toute la Kabylie contre les islamistes, tu as su dénoncer les trahisons des politicards kabyles sans les mépriser bien que tes dénonciations étaient suffisantes pour les dévoilées aux yeux de tous et tu as su être toi-même, fidèle à ton combat et toujours proche de ton peuple qui te pleure à ce jour. Tu avais le sourire pour les petites gens, ta maison accueillante n’a jamais fermé sa porte au nez des milliers de personnes qui venaient te voir sans jamais suspecter en toi le moindre agacement, bien au contraire, tu leur servais ton sourire sincère et te familiarisais avec eux à tel point que ta patience et ton côté humble inné en toi remplissait tes visiteurs d’un jour d’émotion et de larmes de joie, eux qui sont méprisés à chaque tournant. Ton cœur était ouvert à tous, tu le donnais sur la paume de ta main à tout le monde, à ton peuple.

Ce peuple, cher Lounès, est aujourd’hui vidé de toute cette confiance, il n’aime toujours pas les intégristes mais il ne lutte plus contre eux. Ton vaillant peuple a été trop de fois déçu et exaspéré par les trahisons de ses partis politiques, par les charlatans des arouchs, par des traîtres qui craignaient de te regarder droit dans les yeux lorsque tu étais là : Ben Khounes, Ould « Euro », « Mm’ikhan » nni…et des chanteurs et autre pseudo « élite » qui ne courent plus aujourd’hui que pour l’argent, la carrière et l’ego ; ce sont tous transformés en sbires qui exécutent en Kabylie, directement ou sournoisement, la sale besogne qu’est le plan de dékabylisation de la Kabylie mis en place par le pouvoir du nain…

Ce peuple auquel on t’a arraché cher Lounès, est resté orphelin, sans guide, perdu entre la manipulation des intégristes et du pouvoir d’un côté, et, d’un autres côté, les retournements de vestes et autres lâchetés des kabyles opportunistes et sans scrupules. Ton peuple ne sait plus à quel saint se vouer, il se sent perdu, éparpillé, vulnérable au point où il ne revendique même plus « Tamazight nni », langue et pensée, que le pouvoir arabise et islamise à travers l’école, la TV4, les radios Soummam et Djurdjura et que les quelques kabyles qui ont succombé à l’islamisme, tripatouillent dans la langue arabe qu’ils croient sacrée…

Cher Lounès, si tu revenais, tu n’en croirais pas tes yeux ; quelques unes de nos filles kabyles, jadis belles et rebelles comme notre Kabylie, n’ont pas hésité à mettre ce voile de l’indignité et même, la crise du mariage aidant, à épouser de plus en plus d’arabes qui ne prennent jamais la peine d’apprendre au moins la langue kabyle. Que nenni, nous savons tous que la langue Kabyle a survécu aux aléas de l’histoire grâce à la femme kabyle, gardienne des traditions et du temple linguistique ; cette femme kabyle pour qui tu avais une admiration et un respect sans limites, aujourd’hui, il y a risque que ce soit elle-même qui causera la disparition de la langue qu’elle a sauvegardé durant des siècles.

Matoub Lounès, tu nous manques terriblement, car tout le monde est persuadé que si tu étais encore là, la Kabylie se porterait beaucoup mieux et serait toujours fière d’être ce qu’elle a toujours été : Belle, Rebelle, Kabyle, Berbère, démocratique, laïque, authentique et moderne.

Joyeux anniversaire Lounès !

Repose-toi du sommeil du juste. Ta lumière guidera à jamais nos pas résolus.

Allas DI TLELLI