23 juin 2017

Culture arabe à Cirta

Ils vont nous dire en chanson :

Talaɛa lbadru ɛalayna
Yewwi-d iszan fell-awen

Une coalition menée par l’Arabie saoudite et comprenant l’Égypte, le Soudan, la Jordanie, les Émirats arabes, le Koweït, le Qatar, Bahreïn, le Pakistan, le Maroc et soutenue par la Ligue arabe bombarde avec tous ses moyens et sans discernement le Yémen.

Tout ce beau monde est invité par l’Algérie à la mi-avril pour pérorer de culture. Et cette année, c’est Cirta la capitale du roi amaziγ Massinissa qui est choisie pour théâtre de l’expression mondiale de la culture arabe.

Voyons voir un peu !

L’Égypte, le grand-frère de tous viendra sans ses Coptes et ses Amazighs de Siwa.
L’Irak viendra sans ses Kurdes et sans ses Yazidis.
La Syrie viendra sans ses Assyriens, sans ses Kurdes et sans ses Arméniens.
La Jordanie viendra sans ses Kurdes.
Le Soudan viendra sans ses Nubiens, sans ses Fours, sans ses Béjas et sans Noubas.
Le Liban viendra sans ses Maronites.
La Tunisie viendra sans ses Amazighs de Djerba.
Le Maroc viendra sans le Rif, sans le Moyen Atlas, sans le Haut Atlas et sans le Souss.
la Libye viendra sans ses Nefoussis.
La Mauritanie viendra sans ses Haratines qu’elle considère toujours comme esclaves.
La Palestine viendra sans les Juifs et les Chrétiens. Son chef de délégation sera son ambassadeur à Alger, celui qui a inauguré le mépris pour notre langue lorsqu’il est intervenu personnellement pour faire dispenser des cours de tamaziγt une jeune congénère née à Asqif (ex-Michelet) et parlant parfaitement kabyle.
Les représentants des royautés et émirats du Golfe viendront sans leurs chi’ites pour trôner au-dessus de tous et se feront baiser la main par bien de morts-de-faim d’Algériens. Ils distribueront de petits cadeaux aux danseurs, aux chanteurs, aux psalmodieurs et de grands cadeaux sonnants et trébuchants aux flagorneurs d’Algérie.

La mention spéciale du jury sera décernée :
pour la science, au prédicateur saoudien Bandar Al-Khaïbara pour avoir découvert que la terre est stationnaire et ne bouge pas ;
pour la dimension amazighe (accolée par la ministre de la Culture algérienne à ce carnaval), au milliardaire saoudien Walid Ibn Talal qui a proposé 500 millions $ à Microsoft pour surseoir à l’introduction de tamaziγt dans son système d’exploitation Windows 8.

Un peu de sérieux !

Où peut être la culture chez ceux pour qui la polygamie est d’essence divine ?
Ceux pour qui il est légitime de battre les femmes et de corriger les enfants.
Ceux qui lapident, coupent les têtes, les pieds, les mains de leurs semblables. Qui fouettent journalistes et blogueurs pour leurs opinions.
Ceux pour qui tous ceux qui ne sont pas musulmans sont des ennemis qu’il faut anéantir.
Ceux qui amputent sadiquement les programmes de télévision par des appels à la prière 5 fois par jour ; ceux qui promeuvent dans leurs médias de pseudo savants qui affirment que la terre est plate et qu’elle ne tourne pas ; ceux qui ont fait le lit des destructeurs du patrimoine archéologique mondial …
Où est la culture chez ceux qui ont inspiré les autodafés perpétrés récemment en Irak, en Syrie, au Mali et ailleurs ?
Où est la culture chez ceux qui obligent leurs ressortissants à se tourner 5 fois par jour vers un point du désert d’Arabie au lieu de lever la tête vers les cosmos ?

À la clôture de la cérémonie, tous ces Arabes réunis, heureux de leur mission, auront l’impression d’avoir gagné une bataille majeure contre les mécréants, les ennemis internes de leur pays respectif et ils nous chanteront à l’unisson leur hymne de ralliement et nous diront :

« Talaɛa lbadru ɛlayna
« yewwi-d iszan fella-wen.

Et nous, qui n’avons qu’une patrie, leur dirons :

« Nek d Aqvayli
Γuri tiri
Ma d keçç knu
Di Mekka neγ Lmadina …


sur l’air de la chanson Aqlaγ neţru de Oukil Amer.

Azru Loukad

UA-10888605-2