Destruction de l’Algérie et de la Kabylie

Il faut arriver à dénoncer tous les agissements actant pour la destruction de l’Algérie et de la Kabylie. J’ai mené une enquête, en ma qualité de journaliste sur les déplacements d’Abdeslam Bouchouareb. Voici mes conclusions.

L’impact nocif sur l’Algérie des relations parisiennes d’Abdeslam Bouchouareb !! [1] L’actualité algérienne est dominée ces jours-ci par une préparation active des élections présidentielle à divers enjeux. La coalition présidentielle s’active à mobiliser l’ensemble des électeurs à un vote massif déterminant pour le taux de participation ; un taux reconnu mondialement comme le degré de démocratie. Cette actualité ne doit pas ombrer les agissements malsains de certains personnages influents de la coalition et de l’état ; agissements actés depuis la France et nocifs pour l’avenir de l’état algérien. L’actuel responsable de l’immigration au niveau du RND, Abdeslam Bouchouareb, est très réputé dans les milieux parisiens pour sa proximité infaillible et incompréhensible avec les responsables politiques français. Une proximité qui est sujette à plusieurs questions sur les réalités de ses liens, et sa volonté à garder une main mise sur toutes les coordinations du RND à l’étranger. Comment justifier sa stratégie, imaginée depuis plus d’une année, à mettre à la tête de la coordination parisienne l’homme d’affaires Mouloud Amari, un Français d’origine algérienne né en France pendant la guerre de l’indépendance. Ce coordinateur qui se réclame acharnement d’être français est marié à une française de souche et soeur d’un très haut personnage de la politique et la sécurité française ; qui n’est autre que le préfet de police de paris au coeur des centres décisionnels parisiens. C’est ce préfet de police qui présenté à son ami Abdeslam Bouchouareb son gendre Mouloud Amari, et le lui a recommandé pour la coordination parisienne du RND. Une recommandation qui dit long sur le personnage d’Abdeslam Bouchouareb, ses rapports parisiens et ses manipulations algéroises. Ces liens très étroits sont sources de plusieurs dysfonctionnements, d’autant plus qu’Abdeslam Bouchouareb n’a jamais rencontré la communauté algérienne en France ni la coordination, et cela malgré ses visites très fréquentes à la capitale parisienne et ses rencontres secrètes avec divers politiques français actuellement en activité. Peut-on parler de conflits d’intérêts ; ou pire encore de l’atteinte à la sûreté de l’état algérien ! Le coordinateur du RND à Paris, Mouloud Amari, admet lui-même qu’il est très loin de la politique, et plus loin encore de la politique algérienne. Comment peut-il être autrement, puisqu’il ne s’est jamais soucié de la communauté algérienne, et n’a jamais afficher un quelconque intérêt ni à la culture algérienne ni à la personne algérienne. Il n’a jamais manifesté une quelconque attention au développement de l’Algérie. Depuis toute sa vie active professionnelle, il s’est gardé une distance avec tout ce qui a lien avec l’Algérie qu’il considère uniquement comme pays d’origine de ses parents. Son bavard bras droit n’arrête pas de répandre sa proximité avec le pouvoir public français, son influence totale sur Mouloud Amari qu’il décrit en privé d’une incompétence morale et politique méprisables. Ce bras droit admet volontiers ses objectifs personnels quant à monter des affaires en Algérie en exploitant cette proximité et son double statut en France et en Algérie. Des garanties lui ont été données par Mouloud Amari et Abdeslam Bouchouareb en contre partie de sa participation à aider ce dernier à devenir un « Calife à la place du Calife » par un écartement définitif du secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia. Les différentes visites parisiennes d’Abdeslam Bouchouareb s’inscrivent dans sa démarche de fermenter une dissidence en douce contre Ahmed Ouyahia, et n’hésite pas pour cela à consulter des professionnels et experts français. Sur leurs conseils, il a su dans un premier temps gagner une confiance aveugle du secrétaire général du RND, contrôler sans aucun partage toutes les coordinations RND de la communauté à l’étranger, et s’impliquer personnellement dans la campagne présidentielle avec les partis de la coalition et, enfin, écarter toutes les potentialités montantes du RND. La politique économique d’Ahmed Ouyahia et les différentes lois qu’il tente d’instaurer ne font qu’augmenter l’apport français à l’effort d’Abdeslam Bouchouareb dans son entreprise d’accaparer le RND. En France, Ahmed Ouyahia est vu comme un protectionniste et un protecteur de l’économie nationale algérienne à l’opposé des intérêts français en Algérie. Il doit être éloigné définitivement du gouvernement et, donc, d’abord du RND. Abdeslam Bouchouareb est dés lors assuré de toute l’intelligence française. Il faut admettre que son entourage parisien lui permet des conseils de professionnels, et que son orchestration d’une prise de pouvoir au RND aboutira certainement ; pouvoir qui garantira d’ores et déjà les intérêts français. Abdeslam Bouchouareb garantit sa loyauté indéfectible à ses hôtes françaises en leur rappelant sa devise « entre la prière du vendredi et le champagne du dimanche, il n’y que le shabbat qui les séparent » ; devise dont il est si fier d’en trouver la bonne formule et des oreilles très attentives. Arrivera-t-il à prendre la main sur les partis de la coalition comme il la fait avec le RND ? A suivre !

Sarah Imlak

Notes

[1Chef du cabinet et responsable de l’immigration au RND.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*