22 juin 2017

E.I ou la perdurance de l’islam réel

Les supposés « experts » es islam sont légion on le sait, mais ne savent plus à quel saint se vouer, jusqu’à s’effrayer en même temps qu’ils décrivent par exemple comme (dans C dans l’air du 18/11/14) le fait de s’entraîner à supporter de tenir une tête tandis qu’elle est égorgée alors que c’est précisément ainsi que fit Mahomet lorsqu’il égorgea, seul, les 800/900 membres de la tribu des Banu Qurayza :

Ibn Ishaq rapporte en page 464 :

Puis on les fit descendre. L’Envoyé de Dieu les a enfermés dans le quartier de Bint al-Hârith à al-Madînah ; Bint al-Hârith est une femme de Banû al-Najjar. Puis l’Envoyé d’Allâh alla au marché d’al-Madînah qui est encore aujourd’hui son marché, et a fait creuser des fossés. Il les fit venir, et les fit décapiter dans ces fossés, on les fit venir à lui par groupes. Parmi eux se trouvèrent l’ennemi d’Allah Huyayy Ibn ’Akhtab, et Ka’b b. ’Asad leur chef. Ils étaient au nombre de six cents, ou de sept cents ; celui qui multiplie leur nombre dit qu’ils étaient entre huit cents et neuf cents. Pendant qu’on les amenait à l’Envoyé d’Allâh par groupes, ils dirent à Ka’b b. Asad : « Ô Ka’b ! Qu’est-ce qu’on fera de nous ? ». Il répondit : « Est-ce que vous êtes incapables de réfléchir ? Ne voyez-vous pas que le crieur ne cesse pas de crier, et que celui d’entre nous qu’on envoie ne retourne pas ? C’est bien sûr le massacre. » Cela continua jusqu’à ce que l’Envoyé d’Allah en finît avec eux.

Le raisonnement est alors assez logique : s’il s’agit de « vivre dans les pas du prophète » alors il ne s’agit pas seulement de l’imiter quand il prie mais aussi quand il tue ; d’ailleurs l’originaire de Normandie l’a bien compris, lui qui a été dans une structure salafiste mauritanienne mais est resté sur sa faim puisqu’il ne s’agit pas seulement de se purifier en vue de la contemplation mais aussi de s’aiguiser, s’aguerrir, en vue de la guerre, donc du djihad puisque c’est dans l’action et elle seule que l’on se saisit pleinement et en vérité comme étant cette volonté en acte et non pas seulement en puissance (Aristote).

Pourtant certains « experts » résistent à l’évidence et donc vont de nouveau crier (alors qu’ils s’étaient calmés un temps) : « mais ce n’est pas l’islam ! » s’exclame jean-Pierre Filiu au Monde :

« Comment expliquer la forte proportion de convertis parmi les djihadistes ?

C’est que ça n’a rien à voir avec l’islam ! On continue de regarder comme un phénomène religieux ce qui n’est qu’un phénomène politique. Daesh est une secte. Elle frappe d’autres musulmans. Son discours totalitaire ne peut prendre que chez ceux qui n’ont aucune culture musulmane. »

Pas plus qu’Olivier Roy Filiu ne souligne que l’islam est à la fois religieux et politique et qu’il s’appuie essentiellement sur les faits et gestes, politiques, de Mahomet en permanence entouré de divin parce que c’est ainsi que le comportement d’ensemble peut être légitimé :

« Raconté par Aisha : Quand le Prophète revint de la bataille du Fossé, il enleva ses armes et prit un bain. Alors Gabriel vint à lui pour lui dire : « Tu as posé tes armes ? Par Allah ! Nous les anges ne les avons pas encore posées. Alors, mets-toi en route pour eux ». Où aller maintenant ? » Gabriel dit, en montrant la direction des Banu Qurayza : « Par-là ». Alors le Prophète se dirigea vers eux ».

Dans les cordes et ne pouvant nier le lien avec l’islam au moins de Mahomet les moins obtus de nos experts peuvent certes expliquer que cette « interprétation littérale » de l’islam contrevient aux autres parties du texte plus « pacifique » et qu’il convient donc plutôt de privilégier ceux-ci à ceux-là ; sauf que les deux forment un bloc en ce sens que la paix proposée « que la paix soit avec toi  » veut dire « que la paix de l’islam soit avec toi » c’est-à-dire que « l’ordre politique social religieux psychique apporté par l’islam dans sa loi et ses commandements, son histoire et le vécu à imiter de « L’Envoyé » t’entoure, t’enveloppe de la même façon que l’angle Gabriel a enveloppé Mahomet ; de la même façon que Zeus enveloppe Ajax lorsqu’il frappe les ennemis ; où l’on voit bien que chaque pas, souffle, geste, surtout guerrier, est porté par une figure divine de telle sorte que l’on est transporté transfiguré en transubstantiation, ce qui permet de tuer comme si l’on coupait des têtes de choux comme le remarquait Hegel lorsqu’il étudie la Terreur sous la Révolution Française où l’on ne peut pas dire que la décapitation n’existait pas…

Il est d’ailleurs tout de même étonnant que d’anciens militants léninistes aujourd’hui « experts » oublient que leurs pairs envoyaient à la mort des millions de « traitres » sous le seul prétexte d’être « ennemi de classe ». Certes encore ils ne le font pas directement pas plus que sous la Terreur, mais cela n’excuse en rien l’acte, et il ne semble pas que les chefs nazis aient eux-mêmes directement actionné les chambres à gaz. Et il ne semble pas non plus que les conducteurs de train de la mort, que les gardiens, les policiers, tous ceux qui ont fait partie de la machinerie ne puissent pas être exempts de responsabilité sous le seul fait qu’ils n’ont pas tué directement comme le font les djihadistes imitant à la lettre Mahomet.

Si nos experts voulaient vraiment prouver que cela n’a rien à voir avec le « vrai » islam, eh bien qu’ils réunissent de grands docteurs de l’islam pour que ceux-ci devant les caméras expliquent les gestes de Mahomet égorgeant non pas au combat mais de sang froid des prisonniers en disant que ces gestes ne sont plus d’actualité…

Ils ne le feront évidemment pas tant cela pose d’énormes problèmes de légitimation ensuite d’une telle parole critique.

Et dans ce cas, tant que l’affrontement évitera cet aspect historique, de même qu’il s’empêchera de commenter les textes eux-mêmes, il n’y a aucune raison que certains musulmans parlent au nom de tous les autres et aillent tuer jusque dans une synagogue alors qu’ils n’ont, strictement, aucun droit sur une terre qui n’a jamais été arabe autrement que par la colonisation par le sabre.

Il n’est guère étonnant que les premiers à dénoncer le colonialisme occidental restent silencieux devant le colonialisme arabo-musulman, qui, lui, continue, sous nos yeux, et ce sous l’injonction d’y voir absolument une chance ou de prétendre que cela rapporte de l’argent alors que le problème n’est pas là mais dans le fait d’observer que dans certains endroits cela ne marche pas, et même de moins en moins, et que ceux qui se sont auto-proclamés experts et se vantent de gérer l’ensemble ont raté le coche, tel par exemple un Mucchielli qui, dans un papier d’anthologie, observe qu’il existe moins de blessés à l’arme blanche que de blessés de la route alors que les intimidations les menaces injures incivilités sont difficilement mesurables mais font pourtant et tout autant des blessures morales mentales qui font que l’on abandonne alors la rue puis le quartier enfin la ville en attendant le pays…

Il y aurait autre chose à dire concernant ce jeune Normand converti : il voulait devenir quelqu’un d’important, sauf qu’il ne peut pas le devenir en France visiblement tant le fait de devenir entrepreneur est considéré comme une saloperie (malgré le retournement récent) et que le fait de devenir enseignant est une gageure (surtout si l’on n’est pas dans la norme de la marge dominante) à moins de devenir acteur, animateur, mais là il faut (se) coucher sous les fourches caudines du parler politiquement correct (savez-vous le LGBTIQ ?), aussi le devenir djihadiste apparaît somme toute comme un cheminement pas si illogique que ça et qui n’arrive décidément pas à se réduire aux difficultés socioéconomiques comme persistent pourtant à le penser certains commentateurs du New York Times comme Roger Cohen ou à la BBC.

Il n’y a pas qu’en France que le discours néomarxiste toujours dominant (en économie comme en politique) empêche en fait de voir la réalité telle qu’elle est avant qu’il ne soit trop tard.

Par Lucien SA Oulahbib

1 Comment

  1. Le faux prophète n’est qu’une énorme supercherie…de l’église. Jamais il n ‘a été en Arabie qui n’existe que depuis le 20eme siècle.Une création occidentale.
    personne n’a compris qui a été à l’origine de ce que l’on appelle l’islam et pourquoi il a été crée. On fait croire que c’est de l’arabe et que ce sont les arabes les auteurs qui par ailleurs eux même sont une création .
    Ce qui veulent vraiment comprendre doivent chercher à décortiquer les termes fondateurs des sarrasins. L’église à l’origine de la ruine de la Numidie avec tous les apports des sarrasins et les courants religieux et païens.L’islam correspond juste à la chute de la république romaine pour la papauté. Ce filon vous mènera à l’orthodoxie arianisme.
    N’oubliez jamais que ce qui se passe maintenant avec l’islam on a fait pire avec ,après juste sa création pour les mêmes raisons. L’Afrique a été détruite de la sorte avec l’islam pour effacer tout ce qui est source de lumière et savoir chrétien des latins africains. Point de hasard…De la dépossession de tout ce qui était africain habillé en arabe et hébreux et mésopotamien.
    Qouraychiat…qouray chiat…n’est pas de l’arabe.

Les commentaires sont fermés.

UA-10888605-2