21 avril 2017

Ecoles coraniques à quand un petit prix Nobel ?

Alors que la Tunisie vient juste d’annoncer la fermeture de certaines de ses écoles coraniques, que penser à la vue de cette image, œuvre assez mal connue d’ailleurs de l’artiste Jules-Gervais Courtellemont en montrant cette école de quelque part en Algérie (Kabylie (?) peut-être les enfants portant chéchia et burnous), pays où il a grandi à la fin du 19e siècle quand on sait que juste après un siècle et comme voulu par ces arabo-islamistes qui ont pris le pouvoir depuis 1962 et qui à ce jour, ont ouvert plus de 15.000 écoles coraniques à travers toute l’Algérie tout en notant l’accent mis sur les régions de Kabylie qui ont été très généreusement desservies pour les enfants afin d’y apprendre le Coran, base de cette religion musulmane si inquisitrice et ce, au grand dam des habitants qui voulaient de simples écoles enseignant quelque chose d’autre que la religion au lieu d’annexes à toutes ”ces” multitudes de mosquées déjà construites ?

JPEG - 64.7 ko

Qu’ajouter de plus à ce système si hautement “éducatif” (ha… ha… ha… répliquerait l‘imam du coin) mais totalement religieux comme connu partout si ce n’est que pour nous les Kabyles que de le dénoncer, comme l’ont toujours fait beaucoup de nos ancêtres depuis l’arrivée de cette religion en Afrique du Nord ? Et à ce sujet de rejet, qui ne connait cette expression bien de chez nous qui dit : “Ar d’ițiṭil cix deg lektuv” littéralement pour : le maître consultera “le livre” (cherchera à résoudre la question ou l’énigme , -« taluft » souvent sous-entendue avec particule « ț » au féminin – grâce à son livre tout en notant bien le sens ironique ajouté par la locution “Ar” pour en attendant) et qui a été utilisée depuis cette invasion hilalienne pour simplement répondre à des questions dont on ignore totalement la réponse, comme si ce livre (à savoir le Coran, puisqu’il faut l’appeler par son nom), comme dicté il y a 14 siècles, resté intouchable puisque considéré divin et inchangé depuis, contenait les réponses à tout et même à ce qui était inconnu alors que la science elle, a fait depuis des bonds de géants dans tous les domaines.

En tout cas, une chose est certaine : à l’allure rétrograde de ce système éducatif qui est imposé par ce gouvernement arabo-islamique chez nous en Kabylie, dernier bastion de résistance à cette peste verte, c’est bien à se demander si rien n’est fait où aboutira tout simplement tout le pays… et avec bien ancrée dans l’esprit puisque de facto ce ne sera pas demain la veille que quiconque éduqué de la sorte, et combien fut-il imbibé du contenu de ce sacré livre, aura une nomination quelconque pour recevoir un … prix Nobel !

N’y a-t-il pas de quoi réfléchir pour ne pas dire applaudir cette décision de la part de nos voisins tunisiens ?

Ǝ-miss Ṁuḥend Ṻjaεƒer