France pays des droits de l’homme musulman

Un islamiste bienvenu chez les dhimmis

Notre surprise est grande et nous sommes consternée d’apprendre que la France, pays des droits de l’homme islamique, accepte d’accueillir un Algérien envoyé à Guantanamo en janvier 2002 par les autorités bosniaques, qui l’avaient arrêté en octobre 2001 avec cinq de ses compatriotes.

Selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Éric Chevallier,

« les critères fixés par la France sont respectés pour que le détenu en question, Lakhdar Boumediene, puisse quitter le camp américain pour la France. »

Lakhdar Boumediene est toujours à Guantanamo puisqu’aucun pays ne l’acceptait jusqu’ici.

Il s’agit d’ »une décision au cas par cas en réponse à la demande d’une personne qui pense ne pas être en mesure ou qui ne souhaite pas retourner dans son pays d’origine, une évaluation judiciaire et de sécurité, et l’existence, sous une forme ou sous une autre, d’un lien avec la France », a-t-il expliqué.

« La décision française s’inscrit dans le cadre d’une concertation européenne, même s’il s’agit d’une décision nationale », a précisé le porte parole du gouvernement français.

Le plus surprenant est que cet homme ne souhaite pas retourner en Algérie où pourtant les terroristes sont chouchoutés par sa majesté l’empereur Bouteflika. C’est à y perdre son latin. Pourquoi en France pays honni par les islamistes de tous bords et par Bouteflika qui malgré ses dernières déclarations a toujours fait passer la pilule du mal-être algérien, sur le dos de la colonisation française ?

Après avoir fustigé à de nombreuses reprises le passé colonial de la France, Bouteflika prône désormais « une voie originale » aux deux peuples algérien et français pour surmonter les traumatismes de l’Histoire.

« Pour tourner définitivement cette page noire de l’histoire, il faudrait aux deux pays et aux deux peuples trouver ensemble la voie originale qui permettra de surmonter les traumatismes causés au peuple algérien par l’État colonial français, des traumatismes qui continuent, souvent inconsciemment, à modeler nos consciences et nos manières d’agir »,

écrit-il dans un message lu jeudi soir en son nom lors d’une conférence organisée par l’université de Sétif.

Est-ce ce discours qui a poussé la France à recevoir un islamiste de plus ?
Cette « voie originale » que propose Bouteflika, sans dire laquelle, permettra également d’établir

« entre l’Algérie et la France, entre le peuple algérien et le peuple français, des rapports authentiques d’amitié sincère et véritable dans une coopération où chacun trouvera son intérêt et des raisons d’espérer dans l’avenir ».

Bouteflika dont le culot est gigantesque et qui ne remettra jamais en question sa politique, continue à mettre sur le dos de la colonisation française sa mauvaise gestion, son système d’islamisation et d’arabisation à outrance baragouine

« Les discours récents sur le caractère prétendument positif du colonialisme et les initiatives visant à laisser le soin aux historiens et aux sociétés civiles de reconstituer cette période de violence et d’atteinte aux droits et à la dignité du peuple algérien sont loin de contribuer à rétablir la vérité et à rendre justice à l’Algérie pour le mal que nous avons subi », explique-t-il dans son message.

Il omet de parler du mal qu’il fait subir aux Kabyles et de l’injustice au quotidien, qui donne toute liberté aux terroristes et bâillonne ceux qui veulent ou essaient de dénoncer les membres du pouvoir. On peut pourtant faire porter à Bouteflika, Ouyahia, qui aurait du démissionner depuis longtemps, et toute la clique algérienne au pouvoir la responsabilité des malheurs et des souffrances imposés au peuple kabyle opprimé.

Ces membres du pouvoir algérien, possèdent droit de vie et de mort sur tous ceux qui ne courbent pas l’échine et ne disent pas amen à toutes les incohérences politiques, juridiques et sociales du président indu et de ses 40 voleurs.

Boutef ne recule devant rien et va plus loin en estimant que l’essentiel est de « construire pour nos jeunes un avenir de paix et de prospérité »

Il est vrai que les jeunes, dont certains âgés de 13, 15 et 16 ans ont un avenir tellement paisible et prospère qu’ils n’hésitent pas à mettre leur vie en danger en s’entassant sur des embarcations de fortune afin de fuir l’Algérie… mais ces jeunes, lorsque la Méditerranée ne les a pas englouti, n’ont pas droit à un discours du porte parole de la République française, ils ne mettent pas la vie d’autrui en danger puisqu’ils ne viennent pas de Guantanamo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *