21 avril 2017

Freud distingue trois strates dans la jalousie

Comme il existe des gens jaloux, il existe des peuples jaloux d’autres peuples.

1. La « jalousie concurrentielle » est ressentie après avoir été trompé par le ou la partenaire sexuelle. L’état affectif de la personne trompée est alors teinté d’humiliation, de blessure narcissique, d’amertume, d’angoisse, de frustrations, et surtout d’hostilité envers le rival. Cette jalousie sera digérée par un travail de deuil jusqu’à l’obtention, quand c’est possible, d’un nouvel équilibre psychologique et sexuel. Elle serait vécue de façon bisexuelle par bien des hommes qui s’identifient inconsciemment aux turpitudes de leur femme infidèle.

2. Particulièrement fréquente, la « jalousie projetée » se caractérise par le soupçon que le jaloux porte sur sa conjointe (ou la jalouse sur son conjoint), étant lui-même infidèle ou ayant des instincts, des tendances, des pulsions d’infidélité qu’il réprime, qu’il n’accepte pas et qu’il refoule. Cette forme de jalousie contient une insoutenable duplicité. Le jaloux est l’infidèle qui s’affole de la vérité de son mensonge.

3. La « jalousie délirante », forme classique de paranoïa, est une tentative de défense hétérosexuelle contre une violente pulsion homosexuelle. Le rival passionnément haï est en fait désiré. Le « jaloux délirant » est dans une sorte de dénégation de son homosexualité refoulée qui cherche à ressortir du subconscient à cause du rival jugé attirant. Il ne supporte pas d’entrapercevoir qu’il n’est pas vraiment l’homme purement hétérosexuel qu’il croyait être. Seule option possible : rabaisser le rival.

Cette jalousie concerne aussi bien les hommes que les femmes. Freud ne dit presque rien de la jalousie délirante, seulement quelques lignes incisives comme un coup de poignard : paranoïa d’une homosexualité « tournée à l’aigre » ; suivi de la formule

« Ce n’est pas moi qui l’aime, c’est elle qui l’aime ».

Il ajoute :

« Dans un cas donné de délire de jalousie, il faut s’attendre à voir la jalousie tirer sa source de l’ensemble de ces trois assises, jamais seulement de la troisième. »

Jacko