21 avril 2017

« Heureux les martyrs qui n’ont rien vu »… (1)

Bref aperçu de la décadence d’un politique et de son parti, jadis démocrate, laïque et berbériste…

- Said Sadi (RCD) en 1990 : <<L’islamisme c’est comme la mort, on ne fait l’expérience qu’une seule fois>>

- Said Sadi (RCD) en 1995  : <<Le FFS est à la dérive en s’alliant avec les islamistes, Sant’Egidio est une haute trahison car on ne discute pas avec l’islamisme, on le combat>>

- Said Sadi (RCD) en 1997  : <<On ne s’assoit pas à la même table que les islamistes, car il n’y a pas d’islamistes modérés, être islamiste c’est être opposé de fait à la démocratie>>

- Said Sadi (RCD) en 1998 : <<Matoub est assassiné par les islamistes, une enquête est inutile>>

- Said Sadi (RCD) en avril 1999 : <<Boycotter la dernière fraude du siècle>>

- Said Sadi (RCD) en septembre 1999, 04 mois plus tard : <<Nous soutenons la concorde civile du président>> élu par la dernière fraude du siècle (2)

- Said Sadi (RCD) en 2000  : <<Bouteflika est celui qui a ouvert tous les dossiers que nous portons, c’est l’homme qu’il faut, comment ne pas le soutenir, nous participons à son gouvernement>>

- Said Sadi (RCD) en 2003 devant une délégation du parti travailliste anglais : <<Nous reconnaissons l’islamisme modéré, nous reconnaissons les conservateurs du pouvoir, car la solution à la crise algérienne doit passer par un compromis historique entre les trois pôles conservateurs, islamistes et démocrates républicains.>>

- Said Sadi (RCD) en 2004 au meeting d’Oukil Remdane : <<Cette fois-ci, je vous donne ma parole, bouteflika ne passera pas, j’ai eu des garanties>> …. (par qui ?)

- Said Sadi (RCD) au 3è congrès de son parti février 2007  : Présence des islamistes, invités pour la 1ère fois dans l’histoire du RCD. Au 2è jour du congrès, ovationné une première fois seul, Saïd Sadi faisait son retour dans l’enceinte de la coupole, côte-à-cote avec Belkhadem, sous un tonnerre d’applaudissements d’un congrès qui s’était mis debout !

- Said Sadi (RCD) en 2007/2012  : député dans une assemblée fantoche, véritable béquille du bouteflikisme, qui a maquillé un coup d’Etat ayant permis au même bouteflika de briguer le 3ème mandat de 2009, une APN qui enrichi, c’est vrai, ses députés, une APN où la seule langue autorisée est la langue arabe et que Sadi et ses amis ont respecté pendant 5 ans… Au-delà de l’argent amassé par tous les députés pendant cette mandature anti-démocratique, Bouteflika a gratifié, en guise « de reconnaissance pour services rendus » (Dixit Bouteflika) tous ses députés en leur offrant 300 millions de centimes chacun en 2012 et une pension retraite à tous les députés qui ont effectué 02 mandats (10 ans) dont Saïd Sadi et Nourdine Aït-Hammouda. Vive la république bananière !

- Said Sadi (RCD) au rassemblement de la CNCD du 12 février 2011, à Alger : « Nos militants sont venus me voir pour me signaler l’arrivée de Ali Belhadj qui était venu se joindre à notre action, en me demandant s’ils devraient l’en empêcher. Je leur ai demandé s’il avait ramené avec lui une banderole. Nos militants m’ont répondu qu’il était venu sans aucune pancarte ou slogan, alors, je leur ai dit de le laisser se joindre au rassemblement. » Propos tenus par Saïd Sadi sur un plateau de la BRTV « oubliant » que Ali Belhadj n’avait nul besoin de slogans ; à lui seul, il représente tous les slogans de tous les intégristes islamistes de la planète. A lui seul, Ali Belhadj représente le funeste projet de l’instauration de la charia et la fin de tout espoir démocratique. A lui seul, Ali Belhadj représente le fascisme et il porte la responsabilité de plus de 200 000 morts….

- Said Sadi (RCD) en 2014  : Salle Harcha, Alger, vendredi, après la prière hebdomadaire du vendredi (Voir image du logo), le RCD était dans une même action, main dans la main avec ses alliés islamistes algériens de tout bord… dans la salle omnisports, il y avait aussi le sanguinaire Ali Belhadj… Pendant ce « Sant’Egidio » version RCD, on avait entendu fuser dans cette « cour des miracles » les slogans chers aux intégristes islamistes et aux terroristes des années 90 tels que «  Σalayha naḥya, wa εalayha namout  » (3) et  » ya Σali, ya Σebbas, el ǧebha rahi labbas  » (4)… et Said Sadi et le RCD nous expliquent : « Les islamistes sont désormais démocrates, nous les avons convaincus, ils sont nos amis »…

Allas DI TLELLI

Notes :

(1) Inspiré du titre du livre de M.A. Bessaoud.Retour ligne automatique
(2) Certains passages mis entre guillemets renvoient réellement à des propos de Saïd Sadi ou du RCD, d’autres traduisent des positions controversées que tout le monde connait.Retour ligne automatique
(3) « Nous vivrons pour la charia, nous mourrons pour la charia »Retour ligne automatique
(4) « Ô Ali (Belhadj), ô Abassi (Madani), le FIS se porte bien »


Vidéo de l’arrivée du sanguinaire Ali Belhadj au meeting de son ami Saïd Sadi et consorts



JPEG - 64 ko

JPEG - 70.5 ko

JPEG - 111.9 ko