22 avril 2017

Histoire des bandits qui voulaient manger du hallal en prison

Invité hier, à Lille, par l’Observatoire International des Prisons pour l’opération « changeons le regard sur la prison », j’ai rencontré M., un ancien détenu, jeune, très drôle, tombé plusieurs fois pour trafique de stup et qui m’explique que le deal devient impossible car avec la crise à partir du 8 du mois personne n’a plus d’argent pour s’acheter sa came. M. me raconte aussi que la veille il y avait eu une mutinerie dans l’une des grandes prisons du Nord. Le soir une vingtaine de détenus avaient refusé de regagner leurs cellules après la promenade. Ils exigeaient que la Prison leur serve de la viande hallal. Le directeur va à leur rencontre et leur demande pourquoi ils veulent de la viande hallal :
— Parce que nous sommes de bons musulmans.

Le directeur consulte les fiches des « mutins » ; il y avait parmi eux : 8 condamnés pour meurtre, 7 pour braquage, 6 pour viol, 5 pour coups et blessures sur leurs femmes etc. Le directeur sourit et demande à ce qu’on laisse les mutins dormir dans la cour.

A deux heures du matin, transis de froid, affamés, ils se sont mis à tambouriner sur la grande porte :
— Ouvrez, on a froid, on a faim, on veut bouffer, donnez nous quelque chose, n’importe quoi, du jambon, du saucisson, du cochon et même du vin de messe.

Mohamed Kacimi