21 avril 2017

La force du Net

Peuple kabyle, a-lamriw[1]. N’écoute pas les oiseaux de malheur qui dénigrent tes activistes sur le Net. N’écoute plus les amateurs de concepts pâles, désertés par la raison, l’éthique, l’honneur et l’esprit autocritique. Ils essayent de décourager les bonnes volontés. De discréditer les militants et militantes les plus déterminés et dévoués et de renforcer le scepticisme des incrédules.

Internet est une prodigieuse invention technologique, sans centre névralgique néanmoins a parfaitement tissé sa toile sur la planète entière au point où aucun espace n’échappe à son attraction. Une élaboration mise par l’intelligence à disposition et au service de l’humanité pour sa progression et son épanouissement intellectuel ; son développement scientifique et technologique ; l’interconnexion des cultures humaines pour un patrimoine de l’humanité constamment enrichie par tous et accessible à tout le monde ; pour la convergence de tous les savoirs et la naissance d’autres. Il ouvre des perspectives à la démocratie plus vaste que l’ancienne vision devenue étroite, restrictive et inadaptée aux nouvelles conceptions politiques universelles antipodes de la démocratie actuelle des scrutins et élections, où à peine le bulletin de vote du citoyen enregistré dans l’urne, la parole lui est confisquée. L’antique démocratie kabyle a précédé notre temps pour s’affirmer comme un exemple à méditer pour redonner la parole au citoyen.

Internet contribue dynamiquement et de plus en plus à la prise de conscience et l’appétence aux droits politiques des nations sans État persécutées par des États « unicistes », centralistes et ségrégationnistes. Il informe le monde et lui fait connaitre leurs revendications pour l’autodermination éminemment légitime selon les droits internationaux ratifiés par leurs tourmenteurs et approuvés par les principes humains augustes. Par l’exemple et l’information, il fait comprendre aux peuples sans États bien plus que les livres imprimés qui ne s’ouvrent pas en tout foyer que leur liberté est empêtrée et s’ils veulent la dépêtrer pour se pérenniser, ils n’ont plus guère d’autres options que celles de lutter –pacifiquement– pour fonder leurs propres États. Et, toute autre proposition politique sonnera le glas, à moyen terme, de leur identité respective.

Ces deux dernières décennies, Internet s’est répandu et popularisé sur tous les continents au point de quitter la matrice virtuelle pour intégrer le réel sous plusieurs applications, surfaces, domaines, interfaces et y tenir une place centrale dans l’existence des Terriens. Il leur facilite l’accès à l’information globale, la lecture de livres introuvable en leur pays respectif, etc., et ce, sur de nombreux supports technologiques répandant ainsi la connaissance partout où vivent les humains. Semant la réalité prosaïque, spirituelle, politique, etc., du monde et faisant connaitre l’impitoyable, l’incroyable et passionnante Histoire humaine pour, un jour probablement, faire triompher une conscience intelligible, humaine, pacifiste et planétaire. En attendant ce jour… Utilisons la Toile pour nos intérêts personnels et ceux de notre peuple.

Il a réduit considérablement la distance séparant les différents peuples de notre planète et leur a permis de se parler dans toutes les langues et se comprendre sans traducteurs. Il enjambe les frontières et se joue des restrictions politiques des barrières physiques érigées par la main humaine ébranlée par le nationalisme archaïque. Si le premier village de l’humanité a été naturellement englouti par la terre. Ce « village » de l’ère informatique ne le sera jamais même en cas d’anéantissement de l’humanité par une cause ou une autre. Même l’explosion de la planète ne le réduirait pas entièrement à néant. Il subsisterait des traces qui voyageraient dans l’espace à la recherche d’une civilisation formée et conduite par la plus influente et brillante puissance de l’univers : l’intelligence.

Pour la première fois de son Histoire, l’humanité dispose d’un moyen pour partager, recueillir et consigner, à moindres frais, la beauté conçue par la nature ; toutes les idées, pensées, art, poésies, etc., inventés et imaginés par l’humain, afin d’enrichir, toujours plus, une bibliothèque en expansion perpétuelle. Les habitants d’Alexandrie avaient rêvé et ébauché l’idée, les visionnaires et fondateurs d’Internet l’ont concrétisée dans le strict respect de l’esprit des Alexandrins : réunir le savoir du monde en un même lieu : la planète, pour l’enrichissement intellectuel de tous.

Il donne la parole à qui souhaite en prendre possession, à bon escient, ou en théâtralisant la bêtise humaine, etc. La liberté en ses gênes est inscrite et en ses veines circule la liberté de conscience et d’expression. En effet, grâce à Internet, de l’intellectuel reclus, en son univers de mots littéraires soutenus par une imagination structurée, au paysan arpentant ses champs de semences du lever au coucher du soleil ; de l’humaniste cultivé et universaliste influencé par des rêves utopistes, au nazi ivrogne pataugeant dans l’impéritie et l’empuantie haine des pluralités linguistiques, culturelles et humaines. Du prosélyte monothéiste, affabulateur narcissique, profiteur embusqué du bas quartier ou du haut propageant la pensée rustique, profitant des faiblesses humaines pour disséminer l’antithèse de l’amour naturelle pour la diversité et l’innée liberté d’être soi, à l’athée citadin instruit, cultivé à la dialectique simple, claire et désespère d’observer des humains consommer les fictions mythologiques dans le vain espoir de congédier la mort. Du complotiste obsessif victime de tout et de rien par voie de conséquence, incapable d’assumer sa part de responsabilité dans les malheurs de notre monde au moins au titre de son humanité agissante et parlante, au pacifiste angélique conceptualisant une humanité réunie sous la même bannière dessinée par la liberté d’être soi et le strict respect de celle d’autrui, en effet, tout le monde a droit à un espace particulier au cœur du collectif pour s’exprimer, déployer sa stratégie, exposer ses réflexions, partager son quotidien et témoigner de son existence. Laisser un héritage doté de mots et d’images.

Enfin, Internet revêt une importance capitale pour les peuples en luttes pour leur existence ; engagés dans un combat noble et juste pour leurs droits politiques et leur survie culturelle – surtout ceux comme le nôtre – ne possédant pas de médias lourds faute de moyens financiers. S’ils ne s’emparent pas d’Internet pour crier au monde leur souffrance, se faire des amis sensibles et dénoncer la ségrégation qu’ils subissent. Pour exposer au grand jour l’arbitraire des bourreaux de leur identité respective, les tourmenteurs de leurs « âmes » ne se font pas supplier pour l’utiliser à la perfection afin de les enliser davantage dans les pages sombres de l’Histoire où sont classifiées les identités à jamais disparues. En effet, intimement persuadé que l’émancipation des peuples opprimés, colonisés passe également, nécessairement par le chemin informatique et ses multiples relais. Toute révolution qui réussit a su utiliser à merveille les outils de son temps. Internet est l’un des outils de la révolution pacifiste du peuple kabyle.

Il est un instrument de propagande, de contre-propagande et ses différentes techniques de persuasion, d’une efficacité redoutable et spontanée. Sa mémoire est infaillible au sens qu’elle n’oublie rien, consultable à tout moment et désormais ne laisse plus un fait, un mot, une idée, tout ce qui est publié lui échapper et est reversé systématiquement au domaine public, consultable à tout moment par tous. Un moyen, d’une rapidité instantanée, pour véhiculer les idées politiques et intellectuelles d’un mouvement indépendantiste d’un point de la planète à un autre pour informer ses militants et militantes sur la situation du terrain et les actions à mener. Un moyen efficace pour appeler, en temps réel en cas de répressions, leur diaspora respective à manifester, même à faire des grèves de la faim, devant les édifices des institutions internationales garantes des droits humains.

Internet fait fondre les masques de l’anonymat où se pensent, chaudement abrités, les praticiens des théories du choc des civilisations. Les petites pensées, au penchant dictatorial authentique, néanmoins ne s’assument pas sur la place publique où s’échangent les arguments constructifs et reconstructifs sous l’arbitrage de la critique impartiale. Il dévoile le fond des esprits dressés contre toute liaison avec la compréhension mutuelle, le respect des droits élémentaires des peuples et l’amitié interethnique, et se prennent pour autres que ce qu’ils sont pour prétendre détenir l’intelligence exclusive. Il étale au grand jour leurs portraits intimes – par le truchement de leurs publications quotidiennes qui renseignent bien plus sur leur personnalité et objectifs – met à nue leur psychologie flétrie par l’infantilisme mental perpétuel et la haine crasse davantage que les posts plagiés ou les rares mots pensés, rédigés et publiés de temps en temps pour faire semblant de raisonner pour le bien de tous.

Peuple kabyle, a-lamriw. Tu ne disposes pas de beaucoup de moyens financiers pour lancer un média télévisuel afin d’entrer dans tous les foyers kabyles, éveiller et convaincre toutes les consciences, cela pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons – probablement – prochainement néanmoins tu as la chance de lutter pacifiquement pour tes droits politiques en cette ère informatique. Saisis-toi davantage de ce fabuleux outil qui est la Toile et profite de sa force.

Tout ce qui se disait sur toi dans les rues d’Alger, d’Oran, de Paris, les salons dorés d’Orient, etc., auxquelles tes oreilles ne pouvaient auparavant accéder, aujourd’hui, circule librement sur Internet. Mon peuple, le combat idéologique est fondamental pour atteindre ton noble objectif, tu ne peux t’offrir le luxe de le négliger. Peuple kabyle, a-lamriw, mets en place une équipe de sentinelles polyglotte spécialement dédiée à la surveillance d’Internet, en priorité le nord-africain et ce, dans toutes les langues écrites et parlées en la sous-régions afin de passer toutes les publications te concernant par le filtre de la logique politique, intellectuelle et psychologique. Ce, afin de contrecarrer et vulgariser la propagande adverse ; de renvoyer le boomerang à l’expéditeur en pleine face. Ce, dans le but de vitaliser et d’ancrer en l’esprit du citoyen kabyle, chaque jour, ta revendication souverainiste. Ce, pour retourner ses propos contre tes adversaires et ennemis et planter l’indépendance politique, l’émancipation intellectuelle dans l’esprit de tous les citoyens kabyles.

Cette équipe, ses notes et ses tableaux, te permettront de toujours avoir une longueur d’avance sur tes adversaires politiques comme ils ont deux ou trois coups d’avance sur toi, ce uniquement grâce aux années de pratique. En effet, j’en suis persuadé, leurs sentinelles surveillent et lisent quotidiennement la moindre de tes publications. Il ne s’agit pas seulement des services secrets, mais de tous tes adversaires et ennemis.

Mon peuple kabyle, a-lamriw. En effet, cette extraordinaire invention est aussi un moyen de déstabilisation et de manipulation efficace, nous le savons. Toutefois, la propagande, la guerre de psychologie sont appliquées et en œuvres sur ton terrain depuis des lustres afin de cultiver la haine de soi en l’esprit des kabyles. Elles ciblent prioritairement les âmes kabyles en peine de clartés et n’ont pas accès à l’information mondiale afin de les influencer voire même de les endoctriner radicalement. Vois plutôt dans Internet un moyen de conscientisation des tiens ; un moyen de les atteindre partout où ils résident sur Terre. Trouve les ressources pour y connecter au réseau tes villages, surtout les plus éloignés de tes villes, pour les atteindre, propager et entrer dans tous tes foyers les idées politiques de ton mouvement souverainiste, ta revendication légitime de prendre ton destin et fonder un État kabyle de droit.

Mon dernier mot est pour les nobles militants et militantes du mouvement souverainiste qui parcourent, ratissent la Kabylie et affrontent les dangers dignement. Ils travaillent sur le terrain pour l’avenir du pays et gardent le silence des âmes nobles, déterminées et braves. En effet, il y a des silences politiques très actifs, investissements pour l’avenir et des « agitations » politicardes extrêmement nuisibles aux causes comme la nôtre.  Nombreux furent convoqués par les services de la répression et maltraités dans les commissaires quand ils ne sont pas assassinés par les infiltrés dans le milieu de la voyoucratie.

Ils possèdent la plus belle qualité et force d’un révolutionnaire pacifiste, en effet, peu importe les difficultés du terrain, ils agissent conforment aux valeurs kabylistes et selon leurs pensées et convictions. Ils préservèrent leurs dignité et honneur hérités, acquis ainsi que l’union des souverainistes et assumèrent pleinement leur engagement. Ce, sans chercher de boucs émissaires fictifs et sans menacer de briser le mouvement par des révélations farfelues et puériles. Aucun n’a prétendu être abandonné par son peuple ni n’a crié sur la Toile : eh oh, je suis le rebelle nombril de la Kabylie.

Hommes et femmes de conviction, de courage et d’intelligence, ils savent pertinemment que la liberté d’expression est strictement encadrée par les intérêts stratégiques de leur révolution pacifiste. Rebelles pacifistes, conscients avant même de commencer leur militantisme des risques encourus par un révolutionnaire, de surcroît Kabyle.

Je vous aime, admire et vous respecte atas atas[2] laboureurs de la conscience identitaire kabyle.

Repose en paix Dda Lwenas, la relève est digne de ton esprit et sacrifice.

Merci monsieur, Robert Elliot Kahn, le créateur. Repose en paix monsieur, Paul Otlet, le visionnaire.

F.L.

[1] Mon souffle

[2] Beaucoup

g