La Grèce au temps d’Épicure (II)

Spread the love
L’abaissement d’Athènes et la fin de la morgue grecque
Le Ve siècle avant J.-C. : des guerres Médiques à la guerre du Péloponnèse

Il faut parler de ce qu’Athènes avait été à l’époque de son apogée, afin de mieux saisir ce qu’elle fut au temps où vint s’y installer Epicure, c’est-à-dire à la fin du Ive siècle avant J.-C., au temps de sa décadence politique. Le Ve siècle avant J.-C. avait été marqué du sceau de la prééminence d’Athènes sur l’ensemble de tout e monde grec : ce siècle avait été celui de Phidias, qui décora le Parthénon et – d’abord et surtout -, celui de Périclès. Sa puissance et sa gloire, la grande cité attique les avait acquises au début de ce Ve siècle, en prenant une part décisive à la victoire sur le Grand Roi, le roi des Perses. Celui-ci avait cru pouvoir soumettre les Grecs : les guerres Médiques, qui virent le refoulement des envahisseurs, avaient duré de 499 à 477 av. J.-C.

Mais parce qu’elle eut tôt fait de transformer en sujets toujours plus pressurés d’impôts les alliés qu’elle avait regroupés dans la Ligue de Délos, Athènes – par son impérialisme – prépara d’elle-même son déclin : à la fin du même Ve siècle, la guerre dite du Péloponnèse (- 412/- 404) se termina par le triomphe de Sparte qui, profitant des divisions existant entre la métropole et ceux qui ne lui étaient plus des « alliés » que par force, imposa sa dure loi à Athènes.

Firmus T.

About T. Firmus.

Indépendantiste par amour pour la Kabylie sans aucune haine pour l'Algérie ni pour les Arabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *