La panacée universelle selon l’islam

Depuis l’arrivée du parti islamiste Ennahda au gouvernement, les Tunisiennes s’inquiètent de l’avenir de leurs droits et il y a de quoi s’inquiéter lorsqu’on donne la parole à des allumés tel que Adel Almi, président de « l’Association centriste de sensibilisation et de réforme » qui s’est exprimé mercredi 29 août 2012 sur les ondes de Shems FM à propos de la polygamie.

Il a affirmé que la polygamie est une « revendication populaire » qui « résout pas mal de problèmes sociaux et sanitaires ». Il a également assuré qu’en côtoyant les masses populaires, les citoyens manifestent leur volonté de revenir vers la polygamie interdite, par Bourguiba, depuis 1956.

« Il faut rediscuter cette cause et laisser la justice trancher. Il s’agit d’une loi divine, donc forcément qui préserve un intérêt commun légitime », a-t-il ajouté.

Tout en affirmant se baser sur des dossiers, études et recherches sérieuses, M. Almi a pris pour exemple certaines maladies qui pourraient être évitées grâce à la polygamie. Il enchaîne en disant que :

« l’utérus n’est purifié qu’au bout de 130 jours d’abstinence sexuelle, sinon la femme risque d’avoir un cancer du col de l’utérus. C’est pourquoi, la polygamie peut la protéger contre cette maladie puisque l’époux peut lui accorder un « congé » en allant vers les autres épouses ».

Quid des patientes atteintes de cancers de l’utérus alors qu’elles n’ont pas du tout de rapports sexuels ?

Il estime que la femme mariée ne doit pas être égoïste et se dire « tant pis » pour celles qui ne trouvent pas de maris ! Il a conclu par :

« On ne peut pas interdire ce que Allah a permis ! ».

Il s’agit, selon lui, de vérités scientifiques ! Vérités scientifiques musulmanes, car avec plus de 6500 cas diagnostiqués chaque année, en France, aucun scientifique n’a malheureusement découvert les causes qui déclenchent le cancer de l’utérus.

« Tout est dans le Coran », disent les mahométans. Mahomet avait découvert la panacée universelle. Il donnait à boire, aux malades qui venaient le consulter, l’urine de ses chameaux ou la sienne. La Sunna ne précise pas si l’urine devait être consommée directement “à la source” du producteur au consommateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *