L’armée algérienne aurait-elle tué tous les otages ?

L’armée algérienne ne fait pas dans la dentelle, après avoir mis en place le terrorisme, l’islamisme et l’arabisme. Il lui semble plus facile et rapide de tuer les otages plutôt que de les sauver !

Les morts ne pourront pas dire que l’État algérien est complice d’Aqmi, Al Qaïda, Al-Mouthalimin, Ansar Dine et de tous les mouvements islamistes qui œuvrent tranquillement dans cette partie du monde sans être inquiétés.

Il est vrai que l’armée algérienne ne peut pas être à la fois en Kabylie planquée derrière chaque olivier ou figuier pour y mettre le feu, contrôler les Kabyles non-musulmans pour les mettre sous les verrous et surveiller ses frontières !

On peut craindre le pire à la lecture d’une dépêche AFP dans laquelle on peut lire qu’il n’y a plus d’otage français en Algérie selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Prié de confirmer sur France 3 Bretagne qu’il n’y a plus de Français pris en otage, il a répondu : « Oui. Il y a aujourd’hui, à notre connaissance, un Français qui a été tué, malheureusement et des Français qui ont été libérés. »

Interrogé sur les informations faisant état de la présence d’un Français parmi les preneurs d’otages, il a répondu : « Je ne peux pas l’assurer. »

Qui peut nous assurer que l’armée algérienne ira vaquer à ses occupations au lieu de venir squatter la Kabylie ? personne malheureusement !

Quand je pense que beaucoup d’anciens militaires sont maintenant en France ou en Europe, présidents d’associations berbères ou kabyles, il y a de quoi vomir !

Voulez-vous des noms ? je commence par l’association Taferka, située à Montreuil-sous-bois dans le 93, dirigée par un ex-militaire pour ne citer que lui dans l’immédiat.

J’en ai ma claque de ceux qui après avoir doctement servi le pouvoir algérien, viennent s’installer en France. Ceux-là même qui, sous couvert d’associations « culturelles« , veulent reproduire ce qu’ils prétendent avoir fui en voulant nous imposer leur mentalité merdique d’arabo-musulmans !

Pour info Mohand Barache, président de l’association Taferka, a détourné à son profit les vêtements, denrées et médicaments destinés aux sinistrés lors du tremblement de terre en Kabylie en 2003.

Ces produits étaient entreposés, dans une pièce du local de son association, dans l’attente d’être transportés en Kabylie.
Le président de cette association a pris la liberté d’ouvrir les paquets pour se servir et distribuer à ses proches ce qui l’intéressait.

Lorsque le camionneur s’est pointé pour prendre les dons, il n’y avait plus rien !

Devant ma colère, Mohand Barrache pour se justifier, m’a montré une lettre des services de la mairie de Montreuil qui le remerciaient pour avoir permis par « ses dons » de vêtir plusieurs centaines de familles de Roms de la commune !

Il m’a dit qu’il estimait que les Kabyles n’avaient pas à porter les vêtements qui, selon lui, n’étaient pas « halal ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *