Le caricaturiste danois, Kurt Westergaard, n’a aucun regret

Sa caricature représentant « le prophète Mahomet » portant un turban en forme de bombe a changé sa vie, mais Kurt Westergaard dit n’avoir aucun regret.

Ce caricaturiste danois de 72 ans est l’auteur du dessin le plus controversé dans la polémique qui a éclaté après la publication en septembre 2005 dans le quotidien danois Jyllands-Posten d’une série de caricatures sur l’islam, reprises ensuite par plusieurs journaux européens et suscitant la colère d’une partie de la communauté musulmane.

Dans une interview accordée mercredi à Reuters, il estime cependant que ces dessins pourraient au final aider l’islam à trouver une place en Occident, où la vision islamique de la société peine à s’intégrer aux valeurs laïques.

 

« Je le referais de la même manière parce que je pense que cette crise des caricatures est d’une certaine manière un catalyseur qui accélère l’adaptation de l’islam », dit-il.

« Si ce n’est pas une caricature qui avait provoqué les musulmans, cela aurait été quelque chose d’autre, un roman, une pièce de théâtre, un film. Cette situation se serait de toute manière produite à un moment ou un autre », poursuit-il.

Pour Westergaard, il existe « comme jamais auparavant une discussion sur ces deux cultures, ces deux religions, et c’est important« .
Le dessin de Westergaard et onze autres caricatures ont été publiés au Danemark en septembre 2005 par le Jyllands-Posten. Leur reprise dans d’autres journaux a provoqué en 2006 la colère d’une partie du monde musulman qui y a vu un blasphème. Plus de 50 personnes ont été tuées dans des manifestations en Asie, en Afrique et au Proche-Orient.

« DYNAMITE SPIRITUELLE »

Le mois dernier, les services danois de renseignement ont arrêté trois hommes – un Danois et deux Tunisiens – soupçonnés de vouloir attenter contre la vie de Westergaard. En signe de solidarité, une quinzaine de journaux ont alors republié la caricature, suscitant une nouvelle vague de protestations.

Dans un message publié la semaine dernière sur un site internet, le chef d’Al Qaïda, Oussama ben Laden, a menacé l’Europe de représailles, assimilant ces caricatures à « une nouvelle croisade dans laquelle le pape du Vatican joue un rôle significatif« .

Westergaard s’attend à vivre le restant de ses jours sous la menace de la violence.

« Mais quand il n’y a pas d’autre issue, il faut s’armer de courage et de la volonté de résister, voilà quels sont mes sentiments. Je suis aussi en colère d’être menacé. Je n’ai fait que mon travail », dit-il dans la salle de rédaction du Jyllands-Posten à Aarhus, la deuxième ville du pays.
Sa caricature, poursuit-il, ne visait nullement à offenser les musulmans mais à stigmatiser ceux qui se servent de la religion pour justifier la violence.
« Je n’ai aucun problème avec les musulmans. J’ai fait une caricature qui visait les terroristes qui se servent d’une interprétation de l’islam comme d’une dynamite spirituelle. »

Depuis qu’il sait sa vie menacée – les services danois l’en ont informé en novembre -, Westergaard, qui se définit comme athée, a vécu dans cinq lieux différents et s’apprête à déménager de nouveau.

« C’est une étrange façon de vivre, mais ça n’empêche pas de mener sa vie de façon normale », affirme-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *