28 juin 2017

Le drapeau algérien dans la… merde

Il y a plus d’un an, je suis allé faire une randonnée à la rivière – devenue un égout – avec ma chienne Shebba. Elle était encore petite et poilue de par son innocence. En arrivant à une décharge publique, je trouvais des dizaines de petits drapeaux algériens qu’on utilise à l’école pour les fêtes et les jours d’indépendance. Ils étaient ensevelis dans les déchets ménagers et pour souligner la situation qu’on vit, j’ai pris un petit drapeau et pour l’accrocher à un bambou d’environ 70 à 80 cm.

Je remontais de la rivière et quelques virages plus loin, un fourgon de transport inter-village me rattrapa et m’invita à monter. C’était un voisin. J’installais Shebba sur mes cuisses et je pris le fauteuil arrière. Quelques instants plus tard, il me dit d’un air offusqué dans son nationalisme : « Il y a des gens qui méritent qu’on les égorge de derrière la tête ! » Et inquisitif, je lui demande pourquoi. Il continua : «  Il y a un traître, un moins que rien qui a osé accrocher le drapeau de l’Algérie sur une décharge publique ! »

Je lui répondis alors que c’était moi qui avais trouvé le drapeau dans la merde et que je l’ai hissé 80 cm au-dessus de cette merde. Mais, il est vrai qu’il est de tradition en Algérie que chaque personne qui essaye de la hisser de la merde devient un traître et un moins que rien.

Voilà mes amis !! À très bientôt

Hmimi O’Vrahem

UA-10888605-2