18 août 2017

Le sourire

Je voudrais dire de la mauvaise humeur qu’elle n’est pas moins cause qu’effet ; je serais même porté à croire que la plupart de nos maladies résultent d’un oubli de la politesse, j’entends d’une violence du corps humain sur lui-même. Mon père, qui par son métier observait les animaux, disait que, soumis pourtant aux mêmes conditions et autant portés que nous à abuser, ils ont bien moins de maladies, et il s’en étonnait. C’est que les animaux n’ont point d’humeur, j’entends cette irritation, ou bien cette fatigue, ou bien cet ennui qui sont entretenus par la pensée. Par exemple chacun sait que notre pensée se scandalise de ne dormir point quand elle voudrait, et, par cette inquiétude, se met justement dans le cas de ne pouvoir dormir. Ou bien, d’autres fois, craignant le pire, elle ranime par ses mauvaises rêveries un état d’anxiété qui éloigne la guérison. Il ne faut que la vue d’un escalier pour que le cœur se serre, comme on dit si bien, par un effet d’imagination qui nous coupe le souffle, dans le moment même où nous avons besoin de respirer amplement. Et la colère est à proprement parler une sorte de maladie, tout à fait comme est la toux ; on peut même considérer la toux comme un type de l’irritation ; car elle a bien ses causes dans l’état du corps ; mais aussitôt l’imagination attend la toux et même la cherche, par une folle idée de se délivrer de son mal en l’exaspérant, comme font ceux qui se grattent. Je sais bien que les animaux aussi se grattent, et jusqu’à se nuire à eux-mêmes ; mais c’est un dangereux privilège de l’homme que de pouvoir, si j’ose dire, se gratter par la seule pensée, et directement, par ses passions, exciter son cœur et pousser les ondes du sang ici et là.

Passe encore pour les passions ; ne s’en délivre pas qui veut ; on n’y peut arriver que par un long détour de doctrine, comme celui qui est assez sage pour ne point rechercher les honneurs, afin de ne pas être entraîné à les désirer. Mais la mauvaise humeur nous lie, nous étouffe et nous étrangle, par ce seul effet que nous nous disposons selon un état du corps qui porte à la tristesse, et de façon à entretenir cette tristesse. Celui qui s’ennuie a une manière de s’asseoir, de se lever, de parler, qui est propre à entretenir l’ennui. L’irrité se noue d’une autre manière ; et le découragé détache, je dirais presque dételle ses muscles autant qu’il peut, bien loin de se donner à lui-même par quelque action ce massage énergique dont il a besoin.

Réagir contre l’humeur ce n’est point l’affaire du jugement ; il n’y peut rien ; mais il faut changer l’attitude et se donner le mouvement convenable ; car nos muscles moteurs sont la seule partie de nous-mêmes sur laquelle nous ayons prise. Sourire, hausser les épaules, sont des manœuvres connues contre les soucis ; et remarquez que ces mouvements si faciles changent aussitôt la circulation viscérale. On peut s’étirer volontairement et se conduire à bâiller, ce qui est la meilleure gymnastique contre l’anxiété et l’impatience. Mais l’impatient n’aura point l’idée de mimer ainsi l’indifférence ; de même il ne viendra pas à l’esprit de celui qui souffre d’insomnie de faire semblant de dormir. Bien au contraire, l’humeur se signifie elle-même à elle-même, et ainsi s’entretient. Faute de sagesse, nous courons à politesse ; nous cherchons l’obligation de sourire. C’est pourquoi la société des indifférents est tant aimée.

Alain, in Propos sur le bonheur, 20 avril 1923

P.-S.

Logo d’illustration : Tableau de Léonard de Vinci, « La Joconde », détail.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-10888605-2