Le tourisme culturel au secours de l’agonie du tissu associatif ?

Spread the love

Initiative originale que celle entreprise par l’association culturelle Iles Umazigh du village cheurfa (Tizi-N’tléta) en collaboration avec le comité du village Ath Meghzelmal. Il s’agit d’un partenariat établi entre l’association citée et celle, sportive, du centre culturel de la ville de Berriane, dans la wilaya de Ghardaïa et qui a vu sa première phase concrétisée en 2001, juste avant les douloureux événements du printemps noir qui ont ajourné la deuxième phase jusqu’à l’année en cours. Retour ligne manuel
Ainsi, une dizaine de jeunes adhérents de l’association Iles Umazigh ont séjourné du côté de Berriane en 2001 tandis qu’une vingtaine de leurs homologues de la vallée du M’zab vient d’être accueillie en août dernier par le village Ath Meghzelmal et l’association locale présidée par le directeur du bimensuel Racines-Izuran, Mr. Moh Si Belkacem.

Première escale de ce nouveau type de tourisme, l’auberge de jeunes de la ville balnéaire de Tigzirt où les invités ont pu profiter des plaisirs du large avec des crochets au niveau des vestiges amazigho-romaines. C’est le prélude d’un programme préparé à l’intention des jeunes imzabiyen avec un circuit riche et plein, leur permettant de découvrir la région dans ses aspects touristique, culturel et historique. Ainsi, Ath Lqayed, véritable site archéologique, en dégradation permanente et qui attend toujours sa reconnaissance officielle et sa prise en charge de la part des autorités concernées, le plateau de Kouriet, l’unité d’eau minérale Lala Kheddidja, le barrage de Taksebt, la ville de Tizi-Ouzou et un recueillement sur les tombes de Lounès Matoub et de Mouloud Mammeri, sont , entre autres points ce que l’association Iles Umazigh a fait découvrir à ses invités qui, faut-il le préciser, ont été hébergés, durant leur séjour, chez des familles du village hôte et ce, dans le souci d’allier l’utile à l’agréable en permettant ainsi aux visiteurs de s’imprégner du mode de vie en Kabylie.

L’association Iles Umazigh compte également accueillir prochainement, une délégation de jeunes touareg de la ville de Djanet où avaient séjourné une dizaine de ses adhérents il y a quelques années.

Enfin, cette idée d’échange et de rapprochement entre le mouvement associatif des régions amazighophones dans le cadre du tourisme culturel a séduit une autre association culturelle de la commune d’Aït-Bouaddou, AMEZRUY en l’occurrence, qui entend donner une dimension plus large à ce concept en établissant un vaste réseau d’échange à travers les régions amazighophones d’Algérie et des pays de l’Afrique septentrionale et ce, selon les affirmations des membres de cette association, en lançant prochainement une vaste opération tendant à associer à ce projet le maximum d’associations de la Kabylie et d’ailleurs oeuvrant pour la défense et la promotion de la culture et de la langue amazigh et dans les domaines, culturel, social et scientifique en général. A noter que dans la même optique, l’association AMEZRUY affirme comme opération pilote, l’accueil au courant du mois d’avril 2008, d’une délégation de jeunes amazigh de l’Atlas marocain qui séjournera en Kabylie durant une quinzaine de jours. Kabyles.net y reviendra.

Allas Di Tlelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *