21 avril 2017

Le verre de trop de Mme Hanoune

Louisa Hanoune la présidente du PT (pété), LH (l-ache) pour la circonstance, a encore fait parler d’elle cette semaine. Cette énième sortie et contrairement aux précédentes, est tout simplement d’une portée prodigieuse tant elle a fini par identifier avec des noms paraît-il, cette mystérieuse « main étrangère » pourtant activement et vainement recherchée depuis que les planqués de OUJDA ont confisqué les destinées de ce pays martyr en juillet 1962. Mais pas seulement, puisqu’elle a également localisé sans l’aide de Google Earth, le territoire dans lequel cette fameuse « main » s’est terrée jusque-là et avec une précision à faire rougir le plus secret des services secrets.

On se dit en conséquence et logiquement que LH s’alimente pour ainsi dire directement et à titre de privilégiée « dûment autorisée » par ses mentors, de câbles confidentiels du Pentagone et du DRS réunis. Et en vrai commandant en opération d’intelligence en terre ennemie — la Kabylie par excellence — elle assène avec le sentiment et l’assurance que tous les juges acteront sans broncher son grave dérapage.

Et c’est pour cette raison que nous apprenons de la bouche de cette personne qui « a vendu ses idées pour défendre sa peau », pour paraphraser l’éternel Che Guevara, que les Kabyles sont la source de tous les maux que vit l’Algérie. A l’identique de ce que le célèbre ministre de la Culture de l’Algérie française de l’époque, André Malraux, avait alors confié à un illustre chauffeur de taxi parisien, feu BESSAOUD Md ARAV en l’occurrence.

Pourtant à en croire un leader d’un parti islamiste aujourd’hui dans l’opposition, témoin des soirées bien arrosées de LH, celle-ci aurait logiquement beaucoup d’affinités à partager avec les habitants de Kabylie. Ce territoire étant devenu, à dessein, un véritable déversoir d’alcool et même la Mecque d’un tourisme d’un nouveau genre avec ces milliers de jeunes des contrées arabophones qui ne s’y rendent rien que pour se shooter à l’alcool. Donc en proportions de milligrammes d’alcool dans le sang, LH trouvera et à ses dépens, dans ces hommes libres qu’elle désigne honteusement à la vindicte du reste de l’Algérie, ses coreligionnaires les plus proches.

Et c’est là où LH manque terriblement de culot ; ce mot même dont elle a fait son crédo de campagne dans la parodie d’élection de 2014. Boire de l’alcool pour une femme, Algérienne de surcroît, même avec une filiation trotskyste issue de la 4e internationale, est un dilemme que LH se refuse d’assumer encore moins à s’en revendiquer dans une société dont elle s’est fort bien accommodée tant les contreparties en numéraire et en nature sont alléchantes. On vous l’accorde ! Mais insulter la Kabylie qui a donné naissance à tant de nos libérateurs est vraiment matière à questionnements.

Mais en définitive, nous, nous le savons ! L’air de Hydra mélangé au velouté parfum d’un vin du cru tel « le château de TELLAGH » peut provoquer l’immodération et même un coma éthylique à tel point qu’il est susceptible d’emmener LH à y voir dans les enfants de Kabylie des assassins d’Hervé GOURDEL, des terroristes sanguinaires, des traîtres aux mains de puissances occultes et étrangères. Même le fougueux chroniqueur Said BOUAKBA du quotidien arabophone d’EL-KHABAR n’en revient pas dans sa contribution du 29/09/2014. Le chroniqueur semble sincèrement écœuré par la sortie de LH, et y voit même un curieux néologisme très instructif de son dépit ; un « KHORTISME politique » en gageant que la traduction soit fidèle et met même volontiers sa tête au mortier à l’épreuve d’un pilon, et en Bronze tient-il à le préciser. Et au chroniqueur de conclure que LH s’est depuis longtemps départie de son rôle de femme politique pour enfiler celui de lièvre et de courtisane.

Pourtant, nous sommes nombreux à avoir en mémoire les virées de LH à Tizi-Ouzou et à Béjaia, lors du simulacre d’ouverture démocratique du début des années 90, où elle était vraiment chez elle, pour faire passer ses idées et en débattre en toute sérénité. A cette époque, la Kabylie était surnommée la « petite Suisse » ou même « un territoire libéré » avant que le pouvoir n’en décide autrement et que les hordes de sanguinaires ne viennent en appoint et en appui assassiner les meilleurs enfants de cette Kabylie. Et déjà en 2001 lors du massacre de 126 jeunes, LH chargeait sournoisement et à répétition le mouvement citoyen. Mais on s’est dit que cette acrimonie manifeste s’expliquait alors par le fait que la Kabylie ait refusé d’accorder ses suffrages à LH et à ses pairs islamo-baathistes (FLN-FIS) car elle pensait, l’histoire en témoignera, que le Tandem RCD-FFS est plus digne pour perpétuer le combat glorieux de novembre et seul porteur d’un projet moderniste susceptible de permettre notamment à LH, d’assouvir sa passion pour nos vins du cru et les liqueurs d’importation en toute quiétude.

LH sait pertinemment qu’en dépit du rouleau compresseur de la normalisation-pacification grâce aux OPA du pouvoir pratiquées sur les clientèles locales et de la pseudo-opposition dont elle est l’égérie et malgré la campagne d’islamisation à grande échelle mobilisant d’énormes moyens avec le sponsoring des pays du golfe persique, la résistance légendaire de cette terre de tous les combats n’est nullement entamée. Çà c’est prodigieux pour l’histoire mais également désespérément très embêtant pour LH !

D’ailleurs rien qu’à voir l’état de concupiscence atteint par ce triste personnage, ses trahisons, ses mensonges ; Il faut vraiment se convaincre d’urgence que ce commis d’office par le pouvoir algérien à l’œuvre du discrédit de la Kabylie est pris à son propre piège : c’est-à-dire s’efforcer constamment à diviser les Kabyles et surtout à les cataloguer, les catégoriser ; les bons et les mauvais quoi ! : alors nous vous disons assez et on vous emm…………

par un Kabyle tout court !

Salim Fraoucen