Les premiers défilés de l’indépendance algérienne

Spread the love

C’était il y a 50 ans à Alger !

Que raconter de plus sur cette fameuse première semaine du mois de Juillet 1962 (après le mardi 3) , après tout ce que nous les Berbères, nous Kabyles et cousins Chaouis qui avions vécu dans le bled, pendant 7 ans avec souffrances, misère, privations, sacrifices, tout en ayant été ces témoins de tant de malheurs de cette guerre qui a duré 7 ans et dite d’indépendance ?

Que dire de plus après 50 ans à la vue de ces photos [1] prises dans les rues d’Alger, « la Capitale » avec tous ces premiers défilés et célébrations de cette dite indépendance, ou tout le monde exprimait sa joie ?

Que raconter de plus sur l’appréhension totale de certains, ou le soulagement d’avoir survécu pour d’autres, le naturel de tous ceux qui ont éclaté de joie et dans une euphorie générale, se sont exprimés enfin librement, tous fiers de porter ce drapeau vert et blanc avec préférablement un croissant et une étoile qui tenaient encore dessus ?

Oui ces défilés improvisés par toutes et tous pour célébrer enfin la paix en Algérie et surtout son indépendance acquise même si après les accords dits d’Évian … “cette fameuse signature du cessez-le feux du 19 mars 1962”, qui en fait n’a fait que faire surgir de toutes parts de l’Algérie tant et tant de “ces combattants de dernières heures” appelés “Dix Neuf Mars” , venus subitement grossir les rangs des quelques vrais “baroudeurs” comme on dit, encore survivants dans nos maquis, tous a bout de souffle, tous épuisés mais encore vivants !

Oui « ces gens là » que le grand Charles n’a pas pu réduire totalement même avec ses fameuses opérations de ratissage “Jumelles, étincelles”… et tant d’autres, ou bien que tout simplement que « cet homme avec sa Ve république » a bien voulu enfin considérer et épargner pour la “grandeur “ de “sa France“ qu’il avait tant aimée et qu’il voulait absolument sauver, aux dires ou croyances de certains, ces deux avis étant évidemment controversés puisque la vraie “Histoire“ n’a pas encore été écrite et encore moins commencée en ce moment même !

Oui ces premiers défilés* tous aussi spontanés les uns que les autres pour célébrer sa joie à sa façon et sa manière, qu’ils furent le fait des hommes, des femmes, des jeunes et moins jeunes et même des petits enfants a qui on avait bien dit ce qu’ils allaient faire et crier !

Oui tous ces défilés totalement libres et tous aussi simples, sans armes sans musique ou autres que : « Vive l’Algérie indépendante » en français, ou langue locale sans compter les coups de Klaxons de voitures comme instruments, à leur plus grand nombre de décibels possibles ! [2]

Combien y en avaient-ils de tous ces défilés de gens qui comme on dit “étaient descendus en ce temps là spécialement du Bled pour manifester leur joie a Alger“ souvent pas leur propres moyens… cette ville et capitale de l’Algérie enfin indépendante ?

Ah si tous ceux qui l’ont fait pouvaient juste parler aujourd’hui de la grande amertume qu’ils ont à “se revoir” tous et toutes aussi exubérants après juste un demi siècle !

Qui aurait pensé qu’à l’époque que ce premier jour d’indépendance, pour nous tous ces nouveaux Algériens, à commencer par ceux d’origine kabyle comme moi et qui avions payé si chèrement pour cette indépendance, nous qui n’avions pas encore fini de compter tous nos disparus et avec ceux dont les corps avaient été ensevelis et enterrés sans linceul, dans des trous de fortune, que ce qui allait suivre allait être encore beaucoup plus triste et très amère ?

Qui allait imaginer que nous allions en fait subir juste quelques semaines plus tard ce déferlement de ses “combattants restés bien peinards” durant cette horrible guerre, ceux des “armées dites des frontières” qui n’ont jamais tiré un coup de feu, puisque bien planquées dans des casernes bien confortables à l’Est de Gardimaou tout comme celles de l’Ouest de Marnia et qui étaient commandées par des “pachas“ qui n’ont fait que se pavaner dans des hôtels de luxe, pendant que nous subissions toutes les misères des répressions de l’armée française ?

Ce premier jour, ce grand jour de notre indépendance tant attendue et célébré avec tant de joie et avec tous ces défilés spontanés n’allait non seulement marquer la fin de la colonisation de la France mais aussi et hélas le début de cette nouvelle Algérie dite “arabo-islamo-baatiste“ qui s’est installée par la force quelques semaines plus tard et peu a peu par la suite, au bon gré mal gré de tous… et qui durent toujours depuis 50 ans .

Oui l’installation et l’imposition de ce premier gouvernement algérien par la force par le « Ben » [3] et le « Bou » [4] qui n’a été pour nous les Kabyles qu’une simple et nouvelle colonisation que certains de nous avons refusée a tous prix dès les premiers jours et que nous refusons encore toujours depuis, puisque son objectif était ni plus ni moins que l’éradication de notre civilisation berbère, avec notre langue, nos traditions nos coutumes et surtout notre laïcité ancestrale et tout aussi millénaire !

Ah ces défilés spontanés des premiers jours de l’indépendance de l’Algérie…!

Souvenirs,… Souvenirs,… Souvenirs !

Kabyle … ment, votre

Ǝ-Miƨƨ Ṁuḥend Ṻjaεƒer

Crédit photo Ǝ-Miƨƨ Ṁuḥend Ṻjaεƒer pour kabyles.net

P.-S.

Nous remercions Ǝ-Miƨƨ Ṁuḥend Ṻjaεƒer qui a eu la gentillesse de nous offrir ces photos prises en 1962.

Notes

[1Photos personnelles et inédites pour kabyles.net

[2Après près de 5 jours d’anarchie presque totale, tout s’est arrêté et tout est rentré dans l’ordre après le discours radio télévisé du président Benyoucef Benkhedda.

[3Ben Bella

[4Boukherouba alias Boumedienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *