17 août 2017

Les rêves et les cauchemars causés par le lait fermenté

Ce fut un jour où une chaleur intense envahit mon corps et liquéfia mes os et mes organes vitaux qui finirent par s’écouler de tous mes orifices. Ma sueur devint de l’acide dont le goutte-à-goutte finit par creuser un trou sur le plancher en béton armé. Je cru bon de me désaltérer en buvant un demi litre de l’ben avec un morceau de 5cm carré de galette vieux de trois jours. Je repartis me coucher sur un lit aussi mouillé qu’une couche de bébé au lendemain matin. Je m’allongeais sur le dos et mon ventre servit d’aérodrome aux mouches qui atterrirent en se frottant les pattes à la hauteur de mon nombril. L’odeur gazéifiée de lait fermenté sortant de ma bouche entrouverte encouragea ainsi toute sorte de mouches, même celles au dos vert qu’on retrouve généralement sur les cadavres de chiens et de chats tués sur le bord de la route et les grosses mouches noires qui sont toujours inquiètes où déposer leur larve.

Dans un état semi comateux, les rêves et les cauchemars tentèrent désespérément de pénétrer et se bousculèrent à la porte fermée de mon subconscient. Ils cherchèrent une ouverture, une fissure et finissent par être condensés à travers la serrure de mon subconscient et le résultat fut effrayant : Retour ligne automatique
Une belle femme, une échelle, une paire de seins, un marteau, un vagin, des clous, un sourire, une planche, un cul, des marches, des draps en soie, un mur mal ravalé… et soudain : un chinois qui rit, un vélo sans roues, un homme noir en train de frire des sauterelles, un vagin mal rasé qui tente de se garer parmi des jonques vietnamiennes, un Eskimo qui vend des zlabias, un chien en chapeau melon qui lit un journal, un cul de poule qui dirige la circulation, Khalida Toumi qui fume un vibromasseur, un singe qui joue aux cartes, un lapin qui sort un magicien de son chapeau, une chenille qui fait du strip-tease enveloppées dans le drapeau canadien…

Inexplicablement, je me retrouvai en train de baiser une échelle en la traitant de salope ; de clouer une planche avec des « je t’aime » passionnels, de lécher un marteau sous le rire sarcastique d’une paire de seins et le regard attentif d’un vagin qui compte les marches. De là, je fus transporté à une ile où un Noir joue du tam-tam sur un cul, tandis qu’un chinois discute gaiement avec un vagin mal rasé. Un cul de poule a le sifflet dans la bouche et fait traverser des jonques vietnamiennes conduites par des chenilles. Un Eskimo est en train d’attacher des draps en soie avec des clous. Un vibromasseur qui chante l’hymne national canadien tandis que Khalida Toumi est une prostituée qu’un singe veut payer avec de la zlabia. Un lapin joue aux cartes sur un vélo sans roues sous les applaudissements d’un magicien… et soudain… je fus réveillé par mon chat Moosh qui mordit mon doigt de pieds.

Merde !! Fuck le lait fermenté ! Fuck la chaleur ! Il y a des rêves qui gâchent le plaisir de dormir.

Hmimi O’Vrahem

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


UA-10888605-2