22 juin 2017

Lettre ouverte à Amara Benyounes

Nous, les Kabyles, on pense que vous êtes un « complot » – Oui ! A vous tout seul ! – Les autres Algériens pensent que vous êtes un moins que rien, et c’est beaucoup de respect pour votre armure de chevalier qui a vaincu la honte. Les Kabyles veulent vous déshériter de leur groupe et vous invite à plastifier une ethnie à vos extravagances de « lèche-bottes ». Êtes-vous là pour déshonorer les Kabyles monsieur Benyounes ?Et si la réponse est oui… à quel prix ? Pour la première fois les Algériens sont unanimes grâce à vous : on vous méprise tous à un même degré.

On raconte ici-bas que « Monsieur Amara Benyounes est capable de… tout. » J’ai contesté cette mauvaise polémique en disant simplement que : « Monsieur Amara Benyounes n’est pas capable de tout, sinon, il serait capable de savoir qu’il a une dignité et qu’il a le droit de l’utiliser… comme tout le monde. » Ici-bas, ils ont peur. Peur que vous deveniez président de la République. Hein ? Une idée pour mijoter dans votre cerveau de crabe « mutilé ». Certains disent cela deviendrait le royaume où on l’en déposerait « sa dignité » à l’entrée. On la reprendrait à l’aéroport en quittant le pays. Le seul problème, c’est que cette fois-ci, personne ne veut quitter le pays.

Monsieur le ministre de l’Industrie Honteuse, Votre président et maître a mis l’Algérie en faillite, il a engraissé les plus dodus avec la ration des affamés. Votre politique d’une éducation agonisante, une éducation ou un universitaire obtient sa licence pour la présenter afin d’être admis à la crèche. La roue des cochons d’Inde. Je vous pose une question : « Qui a donné l’ordre de tirer sur nos enfants en 2001 ? » Vous étiez probablement près de votre maître. Vous ne le quittez pas d’une semelle.

Monsieur Benyounes, nous devons vous renier afin de préserver ce qu’il nous reste de dignité. Monsieur Bouteflika peut gagner, mais vous, vous avez perdu d’avance.

Hmimi Brahimi

 

UA-10888605-2