27 juin 2017

Mais qui est donc ce Paraclet ?

Moi je ne suis pas méchant. Juste ignorant. Alors j’ai suivi ton conseil et j’ai été me renseigner sur le vocable Paraclet. Je me suis dit que ce vocable étant dans la Bible, un prêtre sera plus à même de me renseigner. J’en ai trouvé un dans l’église de mon quartier. Il était occupé à arroser des plantes invisibles avec une espèce de petit bidule rempli d’eau. Je l’ai interrompu dans son activité écologique.

— C’est quoi le Paraclet, mon père ?
— C’est l’Esprit Saint, mon fils. Va en paix, Jésus t’aime.

J’aurais pu me satisfaire de cette réponse, mais je suis un tantinet méfiant et j’ai voulu avoir un autre avis. J’ai couru jusqu’à la synagogue à l’autre bout de la rue. J’y ai trouvé un rabbin en train de hocher la tête d’avant en arrière et d’arrière en avant. En me voyant, il adopta une position verticale fixe, par politesse. Je pus poser ma question.

— C’est quoi le Paraclet, rabbi Simon ?
— C’est le Messie, mon ami. C’est bien de remédier à ton ignorance. Shalom, va en paix.
— Shalom alikoum, rabbi Simon !

Je me suis dit que l’un des deux bigots me mène en bateau. Va falloir un troisième avis. J’ai couru jusqu’au quartier voisin où j’ai trouvé une mosquée. J’y entre en trombe sans me déchausser car j’étais pieds nus.

J’ai trouvé un imam en train de supplier Allah d’anéantir les juifs (d’abord). Je l’ai interrompu avant qu’il ne réussisse à le convaincre.
— Excusez-moi de vous déranger dans votre sainte prière, mais j’ai besoin de votre grand savoir. C,est quoi au juste le Paraclet ?
— Soub’han Allah ! tu ne sais pas qui est le Paraclet ? mais c’est Mohammed, mon fils.
Va en paix, mon fils.
— salam alikoum y a chikh. choukran beaucoup.

Là j’ai flippé. Ils sont maintenant trois à me mener en bateau. Je dois me résigner à poser ma question à un laïque. J’entre dans le premier bar que je trouve. Je tombe par hasard sur Rabah, intellectuel, écrivain de pièces de théâtre et dernier communiste dans mon quartier.

— Vite Rabah, prends un verre et dis-moi qui est cet enfoiré de Paraclet.
Il ouvre un œil et émerge momentanément de ses vapeurs éthyliques.
— le Paraclet, mon ami, s’appelle en réalité Godot. Je l’attends moi-même, comme tu vois. Prends un tabouret, assieds-toi et attends.Retour ligne manuel
— Dacut da&en Godot yagi !! [1]

Déprimé, je rentre chez moi. Dans la cage d’escalier, je rencontre xalti Fadhma, la voisine d’en haut. Je risque ma question. On ne sait jamais et je n’ai rien à perdre.

— Bonjour nna Fadhma. Tu ne saurais pas par hasard qui est le Paraclet ?
— Mon fils, mon fils, voyons, mais où as-tu la tête ? Tu ne vis pas parmi nous ? Tout le monde sait que le Paraclet c’est Sidi Abelkader Djilali ! Juste le temps de trouver le parapluie du gars et il va revenir.
— Quel gars ?
— Allez, va en paix, mon fils. Et tâche de faire le ramadan l’année prochaine. Au moins un jour ou deux.

Demain, je chercherai un moine bouddhiste. Si j’arrive à le faire parler…

Arilès

Notes

[1Qu’est-ce que c’est encore que ce Godot !!

UA-10888605-2