23 avril 2017

Mandela-Bouteflika : deux fins de vie à la mesure des deux destins

Le régime algérien d’obédience arabo-islamiste (on ne le rappellera jamais assez), même dans la dégénérescence du roitelet, reste bien ancré dans sa nature intrinsèque : Mépriser les peuples qui, en plus d’être maintenus dans la misère, sont considérés immatures pour la liberté. Alors, on convoque plus que jamais la corruption, la manipulation, la désinformation, l’endoctrinement religieux et, accessoirement, la tentative de distraire les foules avec l’invitation de stars occidentales et moyen-orientales cupides dont le QI est au bas de l’échelle humaine !

Ainsi donc, Bouteflika est cloué au lit depuis 61 jours dans l’indifférence générale et internationale ; aucun chef d’Etat ne l’évoque, pas le moindre média ne parle de lui. Simultanément, il y a au sud du continent Africain un vrai Homme, Nelson Mandela, qui livre probablement la dernière lutte de sa vie qui fut immense et qui marquera l’histoire du monde pour des siècles et des millénaires.

Outre le peuple sud-africain qui, depuis le début, est suspendu, avec ferveur, aux informations qui sont émises quasi quotidiennement sur l’état du père spirituel de l’Afrique du Sud, tout le continent noir, toute la planète suit, minute par minute, l’évolution de la situation pendant que tous les grands de ce monde en parlent, lui rendent hommage, saluent l’homme et son apport à l’humanité et émettent le désir de se rendre à son chevet !

Ainsi, entre le nord et le sud du berceau de l’humanité, deux destins diamétralement opposés sont en train de s’éteindre dans les mêmes proportions que celles dans lesquelles ils se sont accomplis :

- Au nord, un nain est cloué au lit dans un hôpital étranger, dans l’indifférence générale.

- Au sud, un géant, un mythe, une légende vivante livre son dernier combat contre la mort, dans un hôpital de son pays et toute la planète « prie » pour lui et salue sa grandeur !

No comment. Fihel awal…

Allas DI TLELLI

PS : En ces moments difficiles pour lui, pour ses proches et pour son peuple, je dédie mes pensées les plus fortes et celles de tous les Kabyles à Madiba.