Mise au point au journal tamurt et à Lyazid Abid

M. Lyazid Abid, je viens de lire le compte-rendu d’un “Conseil national extraordinaire” d’un certain MAK rapporté par votre journaliste et que vous avez l’aplomb de livrer sous le titre infâmant “Exclusion des comploteurs du MAK”.

À sa naissance, Tamurt.info a suscité beaucoup d’espoir chez les Kabyles et en particulier chez la mouvance autonomiste.

Hélas, votre organe se transforme aujourd’hui en Pravda, à contre-courant de l’histoire, pour ressusciter et couvrir des procès de Moscou ourdis par un groupuscule de dissidents qui se drapent sous le couvert d’un Conseil national de guignols pour flétrir l’honneur d’hommes de terrain, dont vous-même reconnaissiez et chantiez, hier seulement, les mérites et la probité.

D’après votre journaliste, ils étaient à cinq, les témoins à charge pour accabler MM. Mohand Larvi Tayev, Azru Loukad et Murad Chabane. Il y avait aussi le renfort “d’une militante qui a assisté à une réunion tenue à Azazga où il était question d’un coup d’État contre le président du GPK. Le témoignage de cette jeune femme a fini par noircir complètement l’image des mis en cause”.
Avec un si précieux témoignage, il ne manque plus que de connaitre l’âge du capitaine pour prononcer notre bannissement de la Kabylie.

C’est précisément ce genre de cabale qui a miné le MAK depuis sa naissance.

Mais heureusement, il n’y a pas que ça.

Nous avons autre chose à faire que de donner corps à une escalade polémiste voulue par certains adeptes du statu quo, pour freiner l’entreprise de rassemblement des forces kabyles, exigée par l’ensemble de notre peuple. Nous nous sommes largement expliqués à travers des réponses personnalisées et des communiqués et il ne nous paraît pas utile ici de les ressasser.

Naturellement, vous ne voyez aucune contradiction, M. Lyazid Abid, à étaler votre titre insultant en face de l’oreillette droite où figure la chronique Tiri d wakal que j’anime, suite à votre insistance, depuis mars 2011 et dont la dernière contribution porte à juste titre “ La Kabylie en mouvement ”.

Je m’étonne que votre sagacité et celle d’un prétendu gardien du temple n’aient pu déceler, dans une lecture symptomatique, mes desseins inavoués à travers mes contributions, depuis la première, dédiée aux victimes du Printemps noir que vous avez qualifié, je cite : “l’hommage est plus que solennel. Il est majestueux et grave. Ar tufat ”.

Croyez-moi que ce n’est pas de gaité de cœur que je me résous à vous adresser cette mise au point. Je compte sur votre sens de l’honneur pour la faire publier afin que chacun puisse se faire son propre jugement.

Kabylie, le dimanche 21 août 2011 [1]

Azru Loukad

Notes

[1Je viens de rentrer de vacances, voici pourquoi je n’ai pas pu publier cette mise au point avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *