Mythe de l’âge d’or andalou

L’islam aurait pu être une religion d’amour, mais elle a toujours été depuis, (du moins depuis la mort du prophète), ses débuts un instrument au service de poignées d’imposteurs et de despotes qui s’en étaient servis pour assoir leurs pouvoirs.

Il y avait eu une Saint-Barthélémy chez les chrétiens une ( ?) fois dans l’histoire, mais chez les musulmans l’équivalent a commencé dès la mort du prophète (guerre de succession pour le Khalifat avec l’assassinat de Ali Ibn Abou Talib et de son fils). Et des « Saint-Barthélémy » dans l’islam n’ont jamais cessé de se succéder depuis quatorze siècles.

D’autres « Saint-Barthélémy » se déroulent encore sous nos yeux : manipulation et assassinats en masse pendant la décennie noire en Algérie. Assassinats en masse au Darfour au Soudan. Assassinats en masse en Irak (gazage de populations Kurdes par le régime de Saddam Hussein, guerre Iran Irak, assassinats en masse à la voiture piégée, entre autre, de civils (femmes, enfants sans distinction d’âge) Chiites, Sunnites en Irak et au Pakistan. Je parle des assassinats commis par des musulmans sur des musulmans. Je n’en excuse certainement pas ceux commis dans le cadre de la guerre impérialiste Anglo-Saxonne contre la population irakienne.

Les bribes de notre connaissance de l’histoire de l’Afrique du Nord nous la devons aux informations puisées dans les archives des pays d’Europe. L’Orient qui se « targue » de nous éclairer de sa lumière ne nous donne rien sur la période allant de la fondation de Carthage à la colonisation Romaine de ce que certains se plaisent à appeler le Maghreb Arabe. Ce même Orient ne nous donne rien de précis sur la connaissance de notre histoire pour la période allant de l’arrivée (ou l’invasion, au choix) des musulmans sur la terre africaine, à l’arrivée (ou l’invasion, encore au choix) des colonisateurs européens sur cette même terre.

Une colonisation, de quelque nature qu’en soit la motivation avancée (religieuse, économique, « civilisatrice ») quel qu’en soit le titre pompeux qu’on veut lui donner, reste et restera une perturbation de l’histoire des peuples qui la subissent avec son cortège de destructions humaines culturelles, linguistiques etc. Le seul « Age d’Or » qu’elle connait et qu’elle laisse derrière elle, aux poubelles de l’Histoire, sont des ruines qui témoignent de la tyrannie passée. Elle n’a aucune justification au regard de l’histoire ou de la morale. Les peuples devraient en tirer les leçons, mais malheureusement, à notre connaissance, l’histoire ne cesse de se répéter depuis plus de deux mille ans.

Non ! Je ne pense pas qu’il y ait eu dans l’histoire de l’humanité un âge d’or d’une civilisation qui s’était construite sur des ruines et des cadavres. Surtout lorsque ladite civilisation a, en partie ou en totalité, anéanti la culture et/ou la langue des peuples qu’elle a asservi. Les exemples ne manquent pas :

La civilisation judéo-chrétienne a fait des victimes entre autres : Amérindiens (Aztèques, Mayas, Inca pour ce qui concerne l’Amérique Latine. Indiens des Plaines et j’en passe, pour ce qui concerne la partie nord du Continent).
La civilisation musulmane quant à elle, elle en a fait les siennes, entre autres : Amazighs, Coptes, Kurdes etc.
Au lieu d’Age(s) d’Or de civilisations, disons plutôt Accident(s) de l’Histoire de peuples.

Quelle différence y a-t-il entre :

Une « Révolution » qui fait table rase du passé (destruction de biens matériels, de structures économiques, d’institutions existantes etc…)
Une « Révolution » à la Khmer Rouge… et
une « Révolution » ? Pardon, disons plutôt une islamisation d’une société ou d’un peuple comme celle que veulent nous concocter les émules d’un Ben Laden, d’un Ali Belhadj, d’un Hassan El Bana et j’en passe ?

Merci de bien vouloir m’éclairer. Je ne suis qu’un pauvre berger des montagnes de Kabylie. Chez moi, dans mon enfance on me disait que si on assassinait quelqu’un Dieu nous punirait en nous faisant porter sur notre dos notre victime pendant toute l’Éternité.

Kerkouche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *