25 mai 2017

Présidentielle en Algérie : 70 blessés en Kabylie

L’entourage de Bouteflika revendique la victoire et sont descendus la fêter, à Alger, hier soir. Une fois de plus la fraude est la grande gagnante des élections algériennes.

L’élection présidentielle qui était organisée jeudi en Algérie devrait aboutir à la reconduction dans ses fonctions d’Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis quinze ans mais physiquement diminué depuis son accident vasculaire cérébral du printemps 2013.

En Kabylie dans la région de Bouira divers incidents ont émaillé l’élection présidentielle en Algérie, où 70 personnes ont été blessées dans des heurts entre des gendarmes et des jeunes qui voulaient empêcher les habitants de voter.Retour ligne automatique
Ces incidents ont éclaté peu après l’ouverture des bureaux de vote à 07H00 GMT quand des groupes de jeunes ont saccagé des urnes dans des centres de vote des localités de Raffour, M’chedellah et Saharidj, dans le département de Bouira (120 km au sud-est d’Alger), ont précisé ces sources.

Des émeutes ont éclaté en fin d’après-midi jeudi 17 avril dans la commune d’El Esnam, 13 km à l’est de Bouira après que des dizaines de jeunes ont tenté d’incendier les urnes du bureau de vote du chef-lieu communal.

Les gendarmes ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les protestataires qui voulaient empêcher les électeurs de voter. Les affrontements, qui ont fait 70 blessés dont 47 gendarmes, ont entraîné une interruption momentanée du vote dans ces trois localités, selon les mêmes sources.

A Raffour, des heurts avaient éclaté dès 03H00 (02H00 GMT) entre des gendarmes et des manifestants hostiles au vote. Face à des jeunes armés de frondes, certains le visage caché par un foulard, les gendarmes ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, selon un photographe de l’AFP.

Des manifestants criaient notamment « ulach smah » (« pas de pardon »), le cri de vengeance des jeunes kabyles quand des émeutes furent réprimées dans le sang en 2001, faisant 126 morts. A la sortie d’Ighrem, toujours dans le département de Bouira, des jeunes armés de gourdins à clous ont fermé la route avec des pneus qu’ils ont incendiés, obligeant les automobilistes à rebrousser chemin. Les gendarmes sont intervenus pour rouvrir cet axe.

A Tizi-Ouzou les jeunes ont saccagé les portraits du dictateur :

Jeudi, c’est dans un fauteuil roulant qu’Abdelaziz Bouteflika est venu voter dans son bureau du quartier algérois d’El Biar, ne faisant aucune déclaration et serrant brièvement les mains de quelques sympathisants avant de repartir.

Il n’a d’ailleurs pas pu mettre son bulletin dans l’urne et était accompagné dans l’isoloir, ce qui normalement devrait invalider son vote.

Les premiers résultats de l’élection sont attendus normalement pour vendredi mais Alger a fêté la victoire de Boutef hier au soir.

On peut se demander comment ce document classé « Top secret » a pu être édité le 17 Avril 2014 à 23 h 49, bien avant le comptage des voix :

JPEG - 207.6 ko

Plusieurs urnes ont été incendiées en Kabylie. D’autres ont préféré faire dans l’humour comme ces jeunes de Seddouk, dans le département de Vgayet, qui ont transformé les poubelles en urnes.

JPEG - 17.4 ko

Une personne a réussi à profiter d’un moment d’inattention du personnel pour s’emparer d’une urne et s’enfuir avec. L’homme n’a pas trouvé une autre façon pour montrer sa désapprobation de l’élection du jour. Les forces de sécurité sont parties à ses trousses mais on ne dit pas si l’homme a été rattrapé ou pas.

Des témoins ont affirmé qu’un policier a été blessé au visage et a été transféré à la polyclinique de Bechloul. Pour protéger le centre de vote, un dispositif sécuritaire impressionnant a été mis en place. L’on affirme aussi que les urnes ont été emmenées par les services de sécurité. On apprend que les observateurs des partis n’ont pas été laissés accompagner les urnes.

Dans la commune de Chorfa, à 60 km à l’est de Bouira, les urnes du centre de vote ont été saccagées et brûlées vers les coups de 19 h. l’on signale également qu’une partie du dortoir du technicum où a eu lieu le vote a été incendiée. À Bechloul, commune située à 18 km à l’est de Bouira, des urnes ont été saccagées au milieu d’après-midi au village Ouled Boubkeur

Par ailleurs, la situation peine à s’améliorer dans la commune de Haizer. D’autres arrestations y ont eu lieu en début de soirée. On affirme que les manifestants arrêtés ont été emmenés au commissariat central de Bouira.

Le même climat règne à Saharidj, commune relevant de la daïra de M’Chedallah. Des témoignages font état de la présence d’un dispositif sécuritaire impressionnant. Les renforts sont arrivés en début de la soirée. Il est à souligner que des émeutes ont eu lieu dans la commune de M’Chedallah et Ahnif.

Un cas de bourrage des urnes a été signalé dans la commune de Ain Laloui, à l’ouest de Bouira, selon des membres de la direction de campagne du candidat Ali Benflis.

Climat de guerre en Kabylie

Pour obliger les Kabyles à rentrer chez eux la gendarmerie algérienne a sorti ses hélicoptères pour enfumer la Kabylie :

https://www.youtube.com/watch?v=vSTW0M3tGmo
Une autre vidéo de l’enfumage des Kabyles :
https://www.youtube.com/watch?v=4LxhoWUxm7c

La rédaction

Said Bouteflika vérifie les bulletins laissés dans l’isoloir :

JPEG - 29.6 ko

Les jeunes de Bouira face aux gendarmes : « Nous n’avons pas peur, nous préférons mourir debout, plutôt que supporter l’insupportable »

JPEG - 88.9 ko
JPEG - 104.9 ko
JPEG - 107.7 ko
JPEG - 30.6 ko
JPEG - 38.8 ko
JPEG - 34.1 ko
JPEG - 52.9 ko
JPEG - 37.3 ko

Urne à Seddouk département de Vgayet :

JPEG - 110.8 ko
UA-10273892-2