RCD : Le Rassemblement pour la Culture Islamique

Spread the love

Il est loin, très loin le temps où la laïcité était pleinement assumée par le RCD bien que des erreurs multiples allant jusqu’à des reniements impardonnables auront parsemé son quart de siècle d’existence. Le rapprochement avec la mouvance islamiste, inconcevable durant les années 90, est en phase de connaitre un coup d’accélérateur avec l’acceptation de se rendre dans les studios d’une chaîne de télévision inféodée au FIS et ce, après avoir présenté, en Kabylie même, plusieurs femmes voilées sur ses listes électorales lors des élections locales de 2007 et de 2012, après avoir toléré aussi la présence du tristement célèbre sanguinaire Ali Belhadj lors du rassemblement de la CNCD à Alger et ce, sur ordre de Saïd Sadi lui-même qui le confirmait lors de son passage sur la Berbère Télévision… sans omettre de mentionner enfin les multiples rencontres et autres amabilités échangées avec les partis intégristes comme le MSP (Hamas) de Nahnah, Nahda et autres… intervenues durant l’été 2013. Lâché par la Kabylie au même titre que son alter ego le FFS qui vient d’annoncer son soutien au 4ème mandat du nain par son député Darguini, frère de l’autre ex député du RCD… pris en otage par les apparatchiks mus essentiellement par un carriérisme éhonté et leurs ambitions personnelles démesurées, la quête effrénée d’une place à reconquérir sur la scène politique aura poussé ce qui n’est plus que des sigles dans des voies de plus en plus insensées. (A.D.T.)

Drôle d’époque : le RCD se coltine avec le FIS. Son président, Mohcine Belabbas, a été invité par la chaîne de télévision Al-Magharibia. Au RCD, tous ceux qui ont eu à suivre cette chaîne ont pu constater que, malgré ses tentatives de camoufler sa véritable mission, Al-Magharibia prouve, à travers ses émissions, débats et autres programmes d’information, qu’elle a été créée pour servir de porte-voix au FIS. Et au RCD, personne, encore moins son président, n’ignore ce qu’a représenté le FIS en Algérie et sa responsabilité dans la décennie sanglante qui a endeuillé notre pays. La présence, parmi les fondateurs de cette chaîne, du fils d’Abassi Madani et d’autres actionnaires inféodés à la diaspora du FIS à l’étranger, était déjà un indice probant sur la « ligne éditoriale » de cette chaîne, algérienne à capitaux qataris et qui diffuse à partir de Londres.

Jouant à fond la carte de la démagogie, comme le faisait le FIS, avec le résultat tragique que l’on sait, Al-Magharibia s’emploie – avec, pour sa part, plus de subtilité pour mieux tromper – à encourager en Algérie un soulèvement populaire, au nom de la lutte contre l’autoritarisme et l’injustice. Elle oriente vers ce but tous ses programmes et surtout les débats à sens unique qu’elle organise avec des invités, recrutés surtout parmi les affidés du FIS. Il y a quelques jours, le RCD déclarait, et c’est son droit le plus absolu, s’interdire de « communiquer avec des organes dont les conditions de création et la pratique journalistique sont à l’opposé des valeurs qui fondent son combat ». Doit-on croire que le (nouveau) RCD partage une quelconque valeur avec le fils d’Abassi Madani, qui s’est converti en homme d’affaires pour lancer une chaîne de télévision et poursuivre, par ce moyen, le combat contre la culture et la démocratie commencé par son père il y a plus de vingt ans ?….

Allas Di Tlelli

Source : algeriepatriotique.com/Retour ligne automatique
article :quand le RCD se rapproche du fis dissous et de ses médias pour se replacer sur la scène politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *