26 juin 2017

Un restaurant solidaire nourrit les plus démunis

En Espagne, la croissance réapparaît mais les victimes de la dépression n’en bénéficient toujours pas. Pour aider les plus démunis, un restaurant du centre de Madrid a mis en place un service solidaire.  

L’Espagne sort de la crise mais la pauvreté est encore une réalité. Dans le centre de Madrid, un restaurant a imaginé une sorte de péréquation solidaire. Avec les additions du déjeuner, des clients financent les dîners, offerts gratuitement aux démunis qui ne peuvent pas ou ne peuvent plus, pousser la porte d’un restaurant.

Le menu délicatement solidaire pour aider les démunis

Les passants s’arrêtent devant le numéro 7 de la calle Eguilaz à Madrid. De l’extérieur, le restaurant ressemble à n’importe quel autre commerce. Le menu du jour, à 11 euros, est dans l’ordre des choses à Madrid. Mais un panneau attire l’attention. Entrée : Amitié, Plat principal : Dignité, Dessert : Accompagnement.

Le restaurant « Robin Hood« , « Robin des Bois » en français, est géré par l’ONG Mensajeros de la Paz, Messagers de la Paix, fondée par le célèbre Padre Angel, souvent présenté comme un abbé Pierre espagnol.

« L’idée consiste à financer les dîners de personnes dans le besoin, par le bénéficie que l’on peut obtenir de l’exploitation commerciale du restaurant, lors des petits-déjeuners et des déjeuners », explique Jesús, le responsable du projet

Une pause dans la galère quotidienne

Parmi les clients du soir, les sans-abri côtoient de nombreuses personnes qui ont un logement précaire et des factures impossibles à payer. María en fait partie. Elle a perdu ses deux emplois lors d’une longue hospitalisation. Depuis, elle lutte pour se relever.

« Ne pas payer le dîner te donne une certaine liberté », dit-elle. Maria explique que les prestations sociales « sont minimes, infimes ». « Tu dois payer un loyer, l’électricité, le gaz, l’eau. Tu ne peux pas faire face à tout ça avec 400 euros par mois. Le deuxième jour du mois, quand je reçois la prestation, il me reste 50 euros pour finir le mois », raconte Maria.

Au menu ce soir-là du Robin Hood, une assiette de chou-fleur, de la viande panée et un fruit sont proposés. Au-delà du repas apprécié, les convives soulignent tous une humanité, une dignité qu’ils ne retrouvent pas ailleurs.

« Pendant le dîner, nous nous sentons traités dignement », explique Antonio venu en cravate. « C’est ça l’idée, que nous puissions être traités de la même manière que les gens qui s’assoient dans un restaurant et qui paient pour être servis », ajoute-t-il.

Depuis son ouverture, le restaurant Robin Hood ne désemplit pas. L’association songe à en ouvrir un second à Madrid, mais aussi dans plusieurs autres villes d’Espagne.

Franceinfo

UA-10888605-2