22 avril 2017

Un peu de mythologie amazigh : Agur

Quand il vint au monde, Il surprit sa mère en train de traire une brebis. Le deuxième enfant de Tixsi-Tikhsi, il était aussi blanc que le lait de la brebis avec des petites crevasses vertes, un peu comme le bleu sur le Danois. Son frère ainé : Itij faisait déjà tourner la tête à toutes femmes — Et parfois même celle des hommes — dans le royaume. Bien qu’il ait déjà fait son choix en prenant Thili comme future épouse, la plupart des femmes ne pouvaient résister à la chaleur de son regard et elles ôtaient immédiatement leurs affaires en sa présence. Plusieurs sujets du royaume avaient surpris Itij embrassant les épaules de leurs femmes, sur lesquelles il laissait des traces. Il devint légendaire à travers la planète jusqu’au jour où il attira l’attention de Nivea, une femme qui ne reculait devant rien pour séduire son homme. Elle était très blanche et résistante même aux charmes d’Aman, roi des océans dont elle rejeta les avances à maintes reprises.

Après Agur naquit, il s’empressa de grandir afin de quitter le royaume le plus tôt possible. Son frère redoubla de férocité en accentuant ses rayons afin de posséder Nivea, il fit presque périr son jeune frère.

Agur prit le premier radeau en direction Nord ou Nord West, il arriva à Marseille, peu de temps après, il se retrouva sur la route de la Haute Loire et aux sommets de l’Auvergne où il mourut d’indigestion à l’âge de 32 ans. Aujourd’hui, l’Auvergne le célèbre à travers un fromage : le Saint Agur.

JPEG - 21.8 ko

Hmimi O’Vrahem