22 juin 2017

Yennayer : Fête non musulmane et donc non algérienne !

En ces débuts de Janvier et à l’approche de la soirée du 12, début des fêtes de Yennayer célébrant “Ixf u seggºas” c’est-à-dire le début du nouvel an berbère, que dire de plus de la popularité grandissante de cette fête non musulmane dans toutes les régions d’Afrique du Nord restées encore berbères si ce n’est que de faire remarquer qu’après maintenant plus de 50 ans d’indépendance de cette Algérie qui a été constitutionnellement proclamée “arabe et musulmane” on est arrivé bien trop loin de toute reconnaissance officielle de cette fête pourtant plus que millénaire ?

À tous ceux et celles qui se demandent bien pourquoi les fêtes de Yennayer dites du nouvel an berbère (et donc bien kabyles) célébrant le début de chaque année solaire après chaque solstice d’hiver (“Ixf u seggºas” en Kabyle ne seront jamais officialisées en Algérie, la réponse est toute simple : ces fêtes d’origines anciennes, datant de bien avant l’époque de Jésus-Christ ne sont reconnues ni par les chrétiens puisque non mentionnées dans la Bible et encore moins par les musulmans avec cette religion du Coran qui a fait tache d’huile plus tard depuis les déserts d’Arabie et pour cause puisque c’est son fondateur, Momo uno lui-même qui a décrété et imposé que les musulmans suivent le calendrier lunaire pour justement éviter tout risque d’adoration de ce grand astre céleste qui éclaire et chauffe la terre avec son cycle des saisons bien connu, faisant que toutes fêtes de saisons ont été depuis considérées comme tout à fait païennes et non autorisées et que tout suiveur du Coran devait non seulement éviter mais surtout combattre.

Or on sait bien comment l’Algérie a évolué depuis l’indépendance du pays lorsqu’elle a été constitutionnellement proclamée en 1963  » République arabe et musulmane  » avec et ô misère pour nous Kabyles, tout ce que ce gouvernement en place depuis cette date tente encore de faire pour éliminer tous ceux qui ne veulent point suivre les principes de cet “arabo-islamisme” et qui tente toujours d’anéantir et éliminer tout ce qui n’est pas prescrit dans “ce livre des musulmans”, le Coran et donc de faire de tous ceux, soit non Arabe, soit non musulman et surtout les deux, des citoyens de deuxième classe pour ne pas dire des étrangers chez eux et dans leur propre pays.

Alors, tout cela nous ramène logiquement à une de ces contradictions qui revient chaque année depuis à savoir si un Kabyle qui ethniquement est bien non Arabe, et qui a choisi et même librement de suivre cette religion islamique est oui ou non en bonne contradiction avec les lois du Coran, religion de l’État, s’il célèbre ces fêtes de Yennayer considérées comme païennes, même si elles ont été célébrées depuis des temps bien antérieurs à la venue de Momo Uno ?

Et bien donc si la réponse est oui, ne faudrait-il pas, à l’allure où vont les choses en Algérie, s’attendre pour bientôt à des persécutions envers ceux et celles qui y vivent encore, qui se disent Kabyles et qui même si musulmans festoieront encore chaque soirée du12 Janvier avec “ le traditionnel couscous de Yennayer” ?

Alors, de là il n’y a qu’un pas pour ne pas se demander comment le pouvoir s’y prendra-t-il dans cette action purement “Anti-Kabyles”, (les Kabyles restant bien les derniers berbères d’Algérie à ne pas se soumettre à cet arabo-islamisme notoire) … et ira-t-il jusqu’à créer des brigades spéciales dites “Anti-couscous” pour traquer et punir tous ces gens qui célèbrent encore Yennayer ?

Ǝ-miƨƨ Ṁuḥend Ṻjaεƒer

UA-10888605-2